Algérie: Hydrocarbures - Sonatrach signe un Mémorandum d'Entente avec ExxonMobil

Alger — La compagnie nationale des hydrocarbures Sonatrach a signé avec le groupe pétrolier et gazier américain ExxonMobil un Mémorandum d'Entente (MoU) pour engager des discussions conjointes sur les opportunités potentielles d'exploration et de développement en Algérie, a-t-elle indiqué dans un communiqué.

La signature de ce Mémorandum d'Entente "montre l'intérêt des parties à évaluer les options de collaboration à la suite de la récente promulgation de la nouvelle loi algérienne sur les hydrocarbures", a commenté Sonatrach dans son communiqué.

Jeudi dernier, le groupe algérien avait signé deux MoU avec la société russe Zarubezhneft et la société turque Turkiye Petrolleri Anonim Ortakliôi (TPAO).

Un mois auparavant, à la mi-mars, la compagnie nationale avait signé un MoU avec la compagnie pétrolière américaine Chevron.

Entrée en vigueur en janvier dernier, la nouvelle loi sur les hydrocarbures, qui a maintenu la règle 51/49 et le monopole de Sonatrach sur l'activité transport par canalisation, a réduit de plus de 20% la pression fiscale supportée par Sonatrach et ses partenaires, la portant de 85% à 60-65%.

Lire aussi: Energie: signature d'un mémorandum d'entente entre Sonatrach et Chevron

Cette baisse sensible de la pression fiscale est tirée de la réduction des trois impôts principaux que compte le régime fiscal algérien relatif aux hydrocarbures, que sont la redevance sur la production, la taxe sur le Revenu pétrolier (TRP) et l'Impôt complémentaire sur le résultat (ICR).

La loi des hydrocarbures 05-07 modifiée et complétée prévoyait une trentaine de cas où ALNAFT était obligée d'avoir l'accord du ministre. Mais avec la nouvelle loi, le ministre n'intervient que pour les décisions stratégiques relatives à la politique générale du secteur et non pas dans les questions techniques.

L'autre grande réforme apportée par la nouvelle loi est le retour à l'ancien système de partage de production, instauré par la loi des hydrocarbures 86-14 qui avait permis de réaliser les grandes découvertes des années 1990.

Le partenaire est tenu en vertu de ce contrat de ramener sa contribution financière et technologique, de récupérer ses coûts et d'être rémunéré en contrepartie d'une part de la production pétrolière, négociée avec Sonatrach, qui n'est pas tenue, en revanche, de supporter les risques avec son partenaire.

Sachant que l'ancienne loi (la 05-07) prévoyait un seul type de contrat peu flexible et qui ne répondait pas à toutes les formes de projets.

Mais après l'échec de ce modèle, l'Algérie est revenue aux trois types de contrats contenus dans la loi 86-14, et que la 05-07 avait supprimés.

Le troisième contrat réintroduit par la nouvelle loi est le contrat de services à risques, qui sera pratiqué lorsque Sonatrach ne souhaite pas que son partenaire partage avec elle la production. Ainsi, l'investisseur étranger investit, supporte les risques avant qu'il ne soit rémunéré en fonction de sa performance, en cash et non pas en contrepartie d'un partage de production. Ce type de contrat est notamment pratiqué pour développer des gisements difficiles à exploiter ou améliorer la récupération des gisements matures.

Le choix de l'une des trois formules dépendra de la nature des périmètres proposés à l'exploration et l'exploitation mais aussi de l'investisseur lui-même.

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.