Afrique: Le conseil d'administration du FMI approuve un décaissement de 111,6 millions de dollars en faveur d'Haïti pour aider le pays à faire face à la pandémie de COVID-19

document

Washington - Le conseil d'administration du Fonds monétaire international (FMI) a approuvé en faveur d'Haïti un décaissement équivalent à 81,9 millions de DTS (111,6 millions de dollars, ou 50 % de la quote-part) au titre de la facilité de crédit rapide (FCR) pour aider à satisfaire les besoins de financement de la balance des paiements qui découlent de la pandémie de COVID-19.

La pandémie a aggravé des perspectives économiques déjà ternes pour Haïti. Une forte baisse attendue des envois de fonds, la réduction des exportations de textile et la diminution de l'investissement direct étranger pèseront lourdement sur la balance des paiements. Les dépenses sanitaires et sociales directes supplémentaires, conjuguées à une nouvelle baisse des recettes budgétaires, alourdiront le déficit budgétaire et les besoins de financement. L'aide fournie par le FMI contribuera à satisfaire en partie ce besoin et permettra aux pouvoirs publics d'atténuer l'impact sur la population, par exemple en payant les salaires d'enseignants et de travailleurs, en fournissant des transferts monétaires et des rations alimentaires aux ménages, et en prévoyant des subventions pour les secteurs du transport et de l'assainissement.

À l'issue des débats du conseil d'administration, M. Tao Zhang, directeur général adjoint et président par intérim, a fait la déclaration ci-après :

« La pandémie de COVID-19 constitue un défi majeur pour Haïti, un pays fragile dont les services de soins de santé sont très limités et qui sort à peine de deux années d'instabilité socio-politique et de précarité économique croissante. Le gouvernement prend des mesures pour contenir la propagation du virus et atténuer l'impact économique du choc.

L'aide d'urgence accordée par le FMI au titre de la facilité de crédit rapide contribuera à combler le déficit de financement de la balance des paiements et à créer de l'espace budgétaire pour engager les dépenses de santé essentielles, soutenir les revenus des travailleurs et fournir des transferts monétaires et en nature aux ménages.

Face à la crise, il conviendra d'affecter les faibles ressources budgétaires aux dépenses essentielles, à savoir les mesures d'endiguement de la maladie et l'augmentation de l'aide sociale en faveur des groupes les plus vulnérables. Pour veiller au bon usage du financement d'urgence, les autorités devraient établir des rapports mensuels d'exécution du budget concernant les dépenses de la COVID-19 et entreprendre un audit financier et opérationnel ex post des opérations liées à la COVID-19. Tout en apportant des liquidités suffisantes au secteur financier, la banque centrale devrait limiter le financement monétaire du déficit et n'intervenir sur le marché des changes que pour lisser la volatilité.

Il est nécessaire de bénéficier d'une aide des donateurs dans les plus brefs délais pour combler le déficit de financement restant de la balance des paiements et alléger la charge de l'ajustement. Le FMI a l'intention de continuer d'aider Haïti sous la forme d'un programme de référence dont l'objectif sera de commencer à rétablir la stabilité macroéconomique et la viabilité de la dette, à mettre en place un meilleur filet de protection sociale et à s'attaquer aux problèmes de gouvernance et à la corruption. »

Pour des informations sur les demandes de financement d'urgence approuvées par le conseil d'administration du FMI, voir l'outil de suivi des prêts du FMI : https://www.imf.org/en/Topics/imf-and-covid19/COVID-Lending-Tracker

Pour connaître les dates des prochains examens de demandes de financement d'urgence, voir le calendrier des réunions du conseil d'administration du FMI : https://www.imf.org/external/NP/SEC/bc/eng/index.aspx

Plus de: IMF

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.