Afrique: La ZLECA, l'instrument incontournable pour gagner la bataille contre le COVID-19.

Cette réunion à haut niveau serait l'occasion d'évoquer des mesures pratiques permettant de poursuivre l'intégration économique africaine malgré la pandémie de COVID-19, dans un double objectif : tirer parti des dispositions existantes du Traité ZLECA pour répondre à l'urgence sanitaire, mais aussi prévoir un renforcement global des capacités et des infrastructures pour aider l'Afrique à se redresser au terme de la crise.

Dans son appel, l'Initiative AfroChampions propose d'associer à cet échange des décideurs économiques, des patrons de multinationales africaines ainsi que des représentants des grandes institutions financières du continent, autour d'un agenda resserré et tourné vers l'action. En premier lieu serait abordées des mesures opérationnelles permettant de faire face à la pandémie, telles que la levée des barrières tarifaires et non tarifaires pour la circulation des biens, équipements et commodités nécessaires pour limiter la propagation du coronavirus et ses effets sur les communautés. En second lieu seraient discutées des mesures stratégiques d'ensemble, telles que les modalités de poursuite des négociations en cours sur la mise en oeuvre de la ZLECA, le lancement opérationnel du Secrétariat de la ZLECA, ou encore la définition de protocoles prioritaires à mettre en place pour permettre à l'Afrique de faire face aux disruptions économiques résultant de la pandémie de COVID-19.

« Certains observateurs pensent que la ZLECA est vouée à l'échec, car les infrastructures requises ne sont pas en place », a noté Paulo Gomes, Vice-président de l'Initiative AfroChampions et ancien Directeur exécutif de la Banque mondiale. « Le COVID-19 est une occasion d'accélérer la ZLECA, et non de la ralentir. En situation d'urgence, on est obligé d'avancer. Avec la crise actuelle, nous pouvons mettre en place des mesures intéressant le secteur de la santé, pour accompagner la production locale d'équipements et de traitements, privilégier les commandes de produits pharmaceutiques 'made in Africa', optimiser les coûts de transports et de logistique, et faciliter les livraisons d'un point à un autre en dépit des restrictions de déplacements. Sur tous ces points, la ZLECA peut apporter des réponses concrètes. A partir de ce test grandeur nature sur le secteur de la santé, nous pourrons tirer des enseignements utiles pour d'autres secteurs ».

« Dans cette période délicate, l'Afrique a pu recevoir de la part d'autres régions du monde des aides et de soutiens financiers appréciables. Il ne faut être naïfs cependant : la crise économique qui va suivre la crise sanitaire sera durable, et nous devons assurer que nos économies soient à la fois résistantes et plus autonomes, », a souligné Son Excellence Olusegun Obasanjo, Parrain de l'Initiative AfroChampions et Ancien Président de la République fédérale du Nigéria. « Le monde après la pandémie ne sera plus le même, les liaisons intercontinentales, les échanges de marchandises et les flux financiers seront bouleversés. Si nous demeurons un continent qui produit simplement des matières premières et dépend toujours des achats de l'étranger, sans infrastructures et sans industries locales, nous allons vers une mort économique - rapide et certaine. La ZLECA peut empêcher cela, en nous permettant de construire notre propre marché ».

Dans l'espoir d'une convocation rapide de ce sommet exceptionnel des Chefs d'Etat, l'Initiative AfroChampions et son département de recherche ont préparé un premier ensemble de propositions pour discussion, ainsi qu'une évaluation indicative du degré de préparation des états africains à l'entrée en vigueur de la ZLECA, pour identifier les points de suivi nécessaires. Plusieurs Chefs d'Entreprise du réseau AfroChampions, parmi lesquels le jeune entrepreneur malien, Président et fondateur du Groupe ADS, ainsi que associations professionnelles régionales ont également ont également été approchés pour contribuer à cet agenda.

Comment poursuivre la ZLECA en dépit des perturbations causées par le Covid-19 ?

Afin de garder la ZLECA sur la bonne voie, le Comité exécutif d'AfroChampions voudrait soumettre les recommandations suivantes:

- Les négociations sur la ZLECA doivent se poursuivre via des plateformes en ligne et des vidéoconférences. Si elles se font correctement, les négociations virtuelles pourraient s'avérer encore plus rapides et moins onéreuses que les réunions face à face pour certains aspects du processus de négociation.

- Le Secrétariat de la ZLECA, qui fonctionne provisoirement à partir d'Addis-Abeba, doit poursuivre le recrutement de son personnel et opérationnaliser un bureau virtuel entièrement fonctionnel avec des équipes nouvellement recrutées travaillant virtuellement depuis leur domicile à travers le continent.

- L'Union africaine doit convoquer une importante réunion virtuelle des ministres africains du commerce afin de délibérer sur les moyens de maintenir la zone de libre-échange sur la bonne voie. Un mode de réunions entièrement virtuel doit être activé pour poursuivre le processus.

- L'Union africaine doit demander aux ministres du commerce de présenter des rapports d'impact du COVID -19 comprenant les plans ZLECA qu'ils proposent ou les BIAT qu'ils ont déjà préparé.

- Chacun des États membres ayant procédé à la ratification doit présenter un plan COVID -19 ajusté pour planifier comment ils comptent rattraper, durant la période post COVID-19, le retard accusé.

- Nous prions instamment le Président de l'Union africaine, Cyril Ramaphosa, de nommer des envoyés spéciaux pour la ZLECA en vue d'assister le secrétaire général de la ZLECA à assurer la coordination avec les gouvernements pour sauver le processus et le maintenir sur la bonne voie.

- L'Afrique doit être proactive et unie dans la lutte contre la pandémie ; aucun pays ne doit être laissé pour compte dans la lutte. Sinon, les frontières, les voyages et le commerce continueront d'être perturbés même si la plupart des pays se rétablissent et que seuls quelques - uns ne le sont pas.

- L'assistance économique pendant la crise est primordiale et doit inclure le commerce des marchandises essentielles à la lutte contre COVID-19. Si les économies sombrent trop profondément, la reprise sera lente, et le commerce intra-africain souffrira encore plus. Le fonds COVID-19 d'Afreximbank s'élevant à 3 milliards US$ et celui de la BAD d'une valeur de 10 milliards US $ sont des initiatives louables. Ces fonds doivent cibler les industries nationales et les chaînes de valeur régionales qui sont essentielles à la lutte contre la pandémie, comme les produits pharmaceutiques, l'équipement médical, l'alimentation, l'agriculture, les consommables ménagers, les entrants industriels clés et le transport.

- La planification pour stimuler l'économie et le commerce Post- COVID - 19 doit commencer dès maintenant, alors même que nous luttons contre la crise pour que les pays soient prêts pour la mise en œuvre une fois la crise surmontée.

A propos de l'Initiative AfroChampions

L'Initiative AfroChampions rassemble différents projets et partenariats public-privés mobilisant les institutions et ressources africaines, afin d'encourager l'intégration économique du continent ; en conséquence, l'Initiative cherche notamment à faciliter l'émergence de champions économiques africains, qui jouent un rôle essentiel dans l'intégration des marchés locaux et la transformation de l'Afrique. Placée sous le Haut Patronage de SEM Olusegun Obasanjo, Ancien Président de la République fédérale du Nigeria, cette initiative a été lancée par Konfidants, cabinet de conseil et d'études, qui assure aujourd'hui le secrétariat avec le cabinet de communication stratégique Impulse Africa. Basée à Accra, au Ghana, l'Initiative AfroChampions collabore avec des partenaires régionaux et internationaux, qu'il s'agisse de soutiens privés ou institutionnels

Dans le but d'avoir un impact tangible et positif, l'initiative AfroChampions a défini quatre chantiers prioritaires, visant tous à accompagner l'intégration économique de l'Afrique : (1) l'élaboration de réflexions et de propositions pour une mise en œuvre réussie de la zone de libre-échange continentale africaine, (3) la création d'un groupe puissant d'entreprises AfroChampions en mesure de proposer des recommandations stratégiques pour l'économie ; (3) la facilitation des investissements dans des projets africains structurants ; et (4) le renforcement des capacités de la prochaine génération de cadres africains.

À propos de la ZLECA

Les principaux objectifs de la ZLECA sont de créer un marché unique pour les biens et services, avec libre circulation des personnes et des investissements, ouvrant ainsi la voie à la mise en place d'une Union douanière en Afrique. La ZLECA permettra également d'augmenter le commerce intra-africain grâce à une meilleure harmonisation et une meilleure coordination des politiques de libéralisation du commerce d'une part, et des instruments de facilitation mis en place au sein des communautés économiques régionales africaines, d'autre part. La ZLECA devrait également renforcer la compétitivité des entreprises en leur permettant de produire à grande échelle, en leur facilitant l'accès au marché continental et en organisant de manière générale une meilleure réaffectation des ressources.

Sous la direction du Champion de la ZLEC, M. Mahamadou Issoufou, Président de la République du Niger, l'accord relatif à la ZLECA a été finalisé par les ministres africains du commerce le 4 décembre 2017 et signé par 44 états africains le 21 mars 2018 lors d'un Sommet extraordinaire sous l'égide de la Présidence rwandaise de l'Union africaine. A la suite du processus de signatures et de ratifications, il est entré en vigueur en juillet 2019, tandis que les discussions se poursuivront jusqu'en 2020 sur les protocoles et les processus de mise en œuvre.

Pour davantage d'informations et des demandes d'entretiens, merci de contacter :

Anne-Elvire Esmel - Directrice des Programmes, AfroChampions Initiative - ae@afrochampions.com

Avec Confidentiel Afrique

Plus de: Confidentiel Afrique

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.