Seychelles: La Banque centrale des Seychelles se déclare prête à intervenir avec une roupie en baisse de 25% par rapport au dollar

La Banque centrale des Seychelles (CBS) a déclaré jeudi qu'elle était prête à intervenir pour stabiliser la monnaie du pays insulaire après la baisse de 25% de la roupie face au dollar au cours des trois dernières semaines.

La forte baisse de la valeur de la roupie, l'un des effets de l'arrêt du tourisme causé par le COVID, devrait entraîner une hausse des prix des produits importés aux Seychelles.

Le gouverneur de la Banque centrale, Caroline Abel, a déclaré lors d'une conférence de presse que la banque souhaitait voir la stabilité des marchés des changes.

"Il y a des gens qui ont des devises et ils demandent un prix pour l'échanger. Lorsque vous demandez un prix supérieur au taux publié, vous spéculez que le taux de change devrait atteindre ce niveau", a expliqué Mme. Abel.

"Si cette spéculation devient plus évidente, elle causera de gros dégâts sur le marché. Notre rôle est de garantir la stabilité du prix général des devises dans le pays et nous sommes préoccupés par la situation", a poursuivi Mme. Abel.

Le tourisme étant le premier pilier de l'économie des Seychelles, la pandémie de COVID-19 et les restrictions de voyage provoquées à cause de cela ont eu un impact considérable sur les revenus que la nation insulaire tire de ce secteur.

Selon les chiffres de CBS, entre le 31 mars et le 22 avril, la roupie s'est dépréciée de 25,8% pour un dollar et de 23,5% pour un euro. En termes de valeur, pour la même période, le coût d'un dollar a augmenté de 3,64 SCR pour une moyenne de 17,72 SCR le 22 avril. Il y a eu une augmentation de 3,67 SCR pour l'euro qui s'établissait à 19,28 SCR mercredi.

Au 22 avril, les Seychelles disposaient de 582 millions de dollars, dont 430 millions de dollars pouvaient être dépensés. Les calculs montrent que cette réserve peut soutenir le pays pendant 17,8 mois.

Mme. Abel a expliqué que si le marché des changes se déplaçait trop violemment, cela entraînerait de graves conséquences pour le pays en termes de prix des biens et services et que CBS devra intervenir.

"C'est pourquoi nous continuons de dire que nous devons tous prendre nos responsabilités car nous sommes tous touchés par cette pandémie, mais nous ne serons pas tous affectés de la même manière", a déclaré Mme. Abel.

"Si nous regardons la dépréciation du 31 mars, nous pouvons imaginer ses conséquences sur les prix futurs. Si la semaine prochaine je viens dire que les devises se sont dépréciées de 30% et la semaine prochaine de 40%, nous en ressentirons tous les conséquences mais chacun le ressentira à différents niveaux ", a-t-elle ajouté.

Mme. Abel a expliqué que les personnes dont les revenus sont plus bas ressentiront un coup plus dur et cela signifiera que ces personnes pourraient demander au gouvernement de compléter leurs revenus car elles ne peuvent pas obtenir les produits de base pour leur ménage.

Elle a ajouté que la spéculation sur les prix des changes n'est pas dans l'intérêt des Seychelles, un archipel de l'océan Indien occidental, et peut nuire à la politique de la banque centrale sur l'inflation.

La Banque centrale a activé une page sur le site Web de CBS, dédiée à toutes les mesures tournant autour de la situation COVID-19. Intitulée «Réponse à COVID-19», la page contient également une section de sensibilisation du public et de foire aux questions, ainsi que des liens vers des conférences de presse que la banque a données sur le sujet de la pandémie mondiale.

A La Une: Seychelles

Plus de: Seychelles News Agency

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.