Maroc: De grandes mutations se profilent dans le monde du travail

De grandes mutations devraient se profiler dans le monde du travail, confronté de plein fouet aux ravages du nouveau coronavirus, ont souligné les spécialistes Aomar Ibourk, Tayeb Ghazi et Badr Mandri, dans un policy brief du Policy Center for the New South.

Intitulée "Le monde du travail à l'heure du coronavirus: une hémorragie des emplois et des mutations en perspective", cette étude revient sur "les bouleversements portés par l'avènement de la pandémie du coronavirus", ayant rouvert "les réflexions autour des questionnements sur le devenir du marché du travail".

En effet, la crise sanitaire provoquée par le Covid-19 s'est transformée, en quelque temps seulement, en "un choc économique pesant aussi bien sur l'offre que sur la demande et, par conséquent, sur le marché du travail", soulignent les auteurs. Et de préciser que les estimations du Bureau international du travail (BIT), rendues publiques le 07 avril, annoncent des pertes en heures de travail qui avoisineraient "les 6,7% lors du deuxième trimestre de l'année, soit 195 millions de travailleurs à plein temps dans le monde, 70 millions dans les pays à revenu intermédiaire inférieur et environ 12 millions dans les pays à revenu faible".

Concernant les conséquences sur l'organisation de l'emploi, les trois experts font savoir qu'en termes de retombées sectorielles, les secteurs les plus touchés par le Covid-19 sont "les entreprises dont les activités dérivent de la mobilité et des grands rassemblements ou dépendent des chaînes d'approvisionnement mondiales", car employant "une main-d'œuvre abondante qui représente près de 38% de la main-d'œuvre mondiale", rapporte la MAP

Il s'agit, selon les trois spécialistes, du transport aérien, des activités du tourisme, du tourisme de l'immobilier et des commerces en gros et de détail, mais aussi de nombreuses formes de divertissements populaires, notamment les sports, les cinémas, les loisirs et les spectacles, sans oublier les industries manufacturières et de réparation.

Abordant l'avenir du marché du travail en Afrique, le brief révèle que l'actuelle pandémie ouvre "plus qu'une fenêtre en matière de leçons pour les démarches publiques" et ce, aussi bien en Afrique que dans les pays en développement.

Dans ce sens, les auteurs mentionnent trois pistes essentielles pour pousser la réflexion. D'abord en instaurant un climat de confiance au terme de la crise sanitaire "à même d'assurer une réinsertion rapide des agents dans la démarche économique", ensuite en pensant autrement le secteur informel par de "meilleures protections sociales aux travailleurs et un accès à la formation" et enfin, en éliminant "les barrières à la création d'emplois décents".

HUAWEI et le groupe Peugeot-Citroën

accordent deux dons au Maroc

Les groupes chinois HUAWEI pour la région de l'Afrique du nord et français Peugeot-Citroën ont accordé deux dons au Maroc dans le cadre de la campagne de solidarité pour lutter contre les effets de la pandémie du Covid-19 qui connaît la participation de plusieurs organes et établissements dont ceux opérant dans le Royaume.

Ces deux dons sont l'expression de la solidarité avec le peuple marocain et du soutien au Royaume par ces deux groupes opérant au Maroc, chacun dans son domaine de compétence, à savoir les nouvelles technologies et la communication et l'industrie automobile, a indiqué, récemment, le département du chef du gouvernement.

Le premier don porte sur 172.000 masques médicaux et un système intégré de matériel et programmes pour l'organisation de réunions à distance dans trois sites administratifs, tout en accordant au système de santé marocain la possibilité d'accéder à distance gracieusement à l'accélération et l'amélioration de l'analyse de certains examens médicaux, précise le département sur son site Internet.

Le deuxième don, ajoute la même source, est constitué de 50 véhicules de marque "Peugeot 208" fabriqués au Maroc, ainsi que de 200.000 masques. A cette occasion, le chef du gouvernement a exprimé ses remerciements aux deux groupes pour leurs initiatives, mettant en avant la qualité des relations d'amitié unissant le Maroc et les pays dont sont issus les deux groupes. Il a aussi salué le développement de leur action et leur choix de délocaliser leurs activités au Maroc.

La Fondation Attijariwafa bank décrypte la stratégie marocaine de gestion de la crise sanitaire du Covid-19

Dans le cadre de la crise sanitaire mondiale du Covid-19, la Fondation Attijariwafa bank lance une série de conférences digitales pour décrypter ses multiples impacts sur notre pays.

Diffusée à partir du mardi 21 avril dernier sur la chaîne YouTube du groupe Attijariwafa bank, la première rencontre autour du thème «La société marocaine face au Covid-19 : impacts et premiers enseignements» a réuni, virtuellement, Dr. Jaafar Heikel, épidémiologiste et infectiologue, Dr. Allal Amraoui, chirurgien et ancien directeur régional de la santé, et Ahmed Ghayet, président de l'Association Marocains pluriels.

Sous la modération de la journaliste Hanane Harrath, cette conférence a permis d'analyser les spécificités de l'expérience marocaine en termes de gestion de cette crise sanitaire. Les intervenants ont insisté sur l'importance de la réactivité des pouvoirs publics qui ont pris les décisions adéquates dès l'apparition des premiers cas de contamination. Par ailleurs, les panélistes ont mis en avant la cohésion sociale et le sursaut solidaire qui ont émergé face à l'impact socioéconomique de cette crise, se traduisant ainsi par la réactivation de la solidarité populaire, de la fibre citoyenne et de la vie de quartier.

Enfin, cette conférence a été l'occasion de tirer les premiers enseignements de cette expérience inédite, notamment en termes de politiques publiques et de valeurs sociales, et qui devront être capitalisés à la sortie de crise. À travers ce nouveau format de conférence-débat, la Fondation Attijariwafa bank démontre, une fois de plus, sa volonté de promouvoir, à travers l'ensemble des régions, un débat constructif autour de thématiques socioéconomiques qui concernent l'avenir de notre pays

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.