Afrique: Le DFAE a ramené en Suisse près de 7000 personnes bloquées à l'étranger

communiqué de presse

Berne, Suisse — - Les vols de retour prévus demain depuis l'Inde et la semaine prochaine depuis l'Afrique concluront la plus grande opération de rapatriement jamais organisée par le Département fédéral des affaires étrangères. L'attention se portera dorénavant sur le soutien aux personnes qui, pour diverses raisons, n'ont pas pu rentrer ou ne l'ont pas souhaité.

Il y a un mois, le Département fédéral des affaires étrangères a lancé une opération de rapatriement sans précédent en collaboration avec Swiss, Edelweiss et Helvetic. Le premier vol réalisé a décollé pour San José (Costa Rica) depuis Zurich le 22 mars. Entre-temps, le DFAE a organisé 35 transferts depuis les quatre coins du monde, sous la direction de son Centre de gestion des crises (KMZ). Les 33 voyages déjà effectués ont permis à 6950 personnes bloquées à l'étranger de rentrer chez elles. Parmi elles, 3974 sont des ressortissants helvétiques. Les 2976 autres passagers à bord des vols de rapatriement sont originaires d'autres pays, dont deux tiers de pays européens. Un tiers environ de ces personnes réside par ailleurs en Suisse. Dans le même temps, plus de 1500 ressortissants suisses ont pu rentrer chez eux grâce à des vols organisés par d'autres États. Demain, un vol spécial supplémentaire quittera Calcutta, en Inde, pour atterrir à Zurich dimanche matin, après une escale à Cochin. Mercredi, un dernier vol, en principe, de retour avec des voyageurs suisses est prévu en provenance d'Afrique, à savoir d'Accra (Ghana), d'Abidjan (Côte d'Ivoire) et de Ouagadougou (Burkina Faso).

Ces vols de rapatriement n'auraient pas été possibles sans l'implication et le travail du réseau des représentations du DFAE. Les efforts déployés par le personnel des ambassades et des consulats de Suisse sur place, en collaboration avec les autorités locales, se sont avérés cruciaux au moment d'obtenir les autorisations de vol, les moyens de transport et les permis nécessaires pour ramener aux aéroports les personnes se trouvant dans des régions reculées.

Participation aux frais de rapatriement

La Confédération a avancé le financement des vols de rapatriement. Les coûts, qui s'élèvent à environ 10 millions de francs suisses, seront facturés à tous les bénéficiaires sous la forme d'une participation raisonnable, correspondant au prix de marché d'un billet.

Le DFAE a décidé d'opter pour un montant forfaitaire, calculé en fonction de la distance parcourue. Cette méthode est également appliquée par d'autres États européens. Pour les itinéraires courts (jusqu'à 1500 km), la participation aux coûts s'élèvera à 400 francs, pour les itinéraires moyens (de 1500 à 3500 km) à 600 francs et pour les itinéraires longs (de plus de 3500 km) à 1100 francs. Pour les trajets de plus de 12'000 km, le montant facturé aux passagers s'élèvera à 1700 CHF.

Grâce à cette répartition des coûts entre les passagers, il sera possible de couvrir environ 80% de l'opération. Le DFAE contribuera aux quelques 20% restants.

Le DFAE se prépare à un renforcement des mesures de protection consulaire

Malgré les efforts déployés, il ne sera pas possible de ramener en Suisse toutes les personnes bloquées à l'étranger. Selon les données fournies par les ambassades de Suisse, quelques centaines de personnes souhaitent actuellement rentrer au pays. Les ambassades et les consulats de Suisse peuvent leur offrir une protection consulaire, comme elles le font lorsque des ressortissants suisses vivant à l'étranger se trouvent en situation de détresse. Dans les limites de ses possibilités et avec l'aide des représentations à l'étranger, il pourra fournir une assistance et, conformément au principe de subsidiarité, octroyer un soutien financier sous forme de prêts d'urgence. Le DFAE examinera les cas qui lui seront soumis.

Dans la perspective d'un redémarrage progressif de l'économie et du tourisme, il sera également important de recommencer à émettre des visas, activité que la Suisse, comme de nombreux autres pays, avait décidé de suspendre temporairement. Le DFAE travaille en étroite collaboration avec le Secrétariat d'État aux migrations (SEM) et les acteurs concernés afin de garantir prochainement les déplacements internationaux à des fins touristiques, d'études ou de travail. Cette reprise va dans l'intérêt de la recherche et de l'économie suisses, mais également de la Genève internationale.

La Helpline face à un nombre record de demandes d'aide

Depuis le début de la crise liée au coronavirus le mois dernier, le service d'assistance a reçu plus de 10'000 appels téléphoniques et environ 18'000 courriels. Il s'agit de chiffres records en un laps de temps si limité. Au plus fort de la crise, la Helpline a reçu jusqu'à 850 appels et 1000 courriels par jour. À titre de comparaison, ce service, qui offre assistance et informations aux personnes se trouvant à l'étranger 24h/24 et 7j/7, traite en général quelque 50'000 demandes d'aide par an.

Rapatriement: la stratégie en trois phases du DFAE

- Dans un premier temps, le DFAE en a appelé à la responsabilité individuelle (inscrite dans la loi sur les Suisses de l'étranger) pour que les personnes organisent leur retour en Suisse de manière autonome, en utilisant les moyens de transport commerciaux encore disponibles, en étroite collaboration avec les agences de voyage et les compagnies aériennes.

- La deuxième phase s'est concentrée sur le rapatriement de citoyens suisses bloqués à l'étranger et incapables de rentrer par leurs propres moyens en raison de la suspension des vols commerciaux et de la fermeture des frontières dues au coronavirus.

- Dans le cadre d'une troisième phase, si le voyage de retour n'est plus possible et que la situation sur place devient difficile, le DFAE offre aux voyageurs ainsi qu'aux Suissesses et Suisses de l'étranger un soutien et une protection consulaire dans la limite de ses moyens.

SOURCE Département fédéral des affaires étrangères, Suisse

A La Une: Afrique

Plus de: PR Newswire

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.