Afrique de l'Ouest: G5 Sahel - Les défis sanitaires s'en mêlent

Les pays membres du G5-Sahel ont organisé une réunion par visioconférence entre les différents ministres en charge des affaires étrangères et de la défense, le 27 avril 2020. Il a été question des défis sanitaire et sécuritaire en cette période de COVID-19. La réunion a connu la participation des ministres français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian et des Armées, Florence Parly.

La situation du COVID-19 à la date du 26 avril dans les cinq pays membres du G5-Sahel est de 1770 cas confirmés dont 739 cas toujours actifs, 936 personnes guéries et 95 décès. Face à cette pandémie aux multiples conséquences socio-économiques, le G5-Sahel a organisé une réunion pour dégager des pistes de solution. Au Burkina Faso, c'est le ministre des Affaires étrangères, Alpha Barry et son homologue de la Défense, Moumina Chérif Sy, qui ont pris part à la réunion.

Selon le ministre des Affaires étrangères du Burkina Faso, Alpha Barry, même si plus de la moitié des cas ont été guéris, des défis majeurs demeurent. Il s'agit de l'offre de santé qui doit être à la hauteur, la relance économique et surtout les défis de la soutenabilité budgétaire dans les domaines de la santé et des entreprises. « Nos systèmes de santé ont des difficultés et le personnel soignant également », a dit Alpha Barry. De son avis, il faut des actions concertées pour venir à bout de tous ces défis.

Par ailleurs, Alpha Barry a salué l'idée d'une restructuration de la dette et surtout l'appel du président français, Emmanuel Macron. Toutefois, il a souhaité d'aller au-delà de la restructuration et voir dans quelle mesure, supprimer purement la dette. Aussi, il a été question du rapatriement des Burkinabè bloqués à l'extérieur à cause du coronavirus qui a contraint la fermeture des frontières terrestres et aériennes.

A ce propos, le ministre burkinabè des Affaires étrangères a confié que plusieurs actions ont été déjà réalisées. Pour preuve, le 24 avril dernier, 15 Burkinabè ont été rapatriés de France, le 10 avril, 31 Burkinabè sont rentrés de Tunisie et le 12 avril, 5 autres bloqués en Tunisie ont retrouvé la mère patrie.

Selon lui, une douzaine d'autres Burkinabè ; des journalistes et observateurs essentiellement sont rentrés récemment par voix terrestres de la Guinée et du Mali. « C'est à partir de l'expérience du Burkina Faso que les autres pays ont décidé d'un rapatriement de leurs compatriotes. Donc le Burkina Faso a servi de pays-pilote », a déclaré M. Barry. Il a également fait comprendre que d'autres Burkinabè sont toujours bloqués dans des pays comme l'Allemagne, la Belgique, la Turquie... A l'entendre, les réflexions sont en cours pour les convoyer vers Paris afin qu'ils soient ramenés au pays.

En outre, les ministres ont évoqué d'autres sujets au cours de leur réunion qui a duré environ 1h30 minutes. Il s'est agi du bilan du sommet de Pau. Sur cet aspect précis, ils ont ensemble échangé sur l'adoption d'une feuille de route opérationnelle pour un sommet du G5 Sahel/France de Nouakchott à venir. Ils ont parlé des opérations militaires dans les pays du Sahel, l'appui opérationnel et en équipements aux forces armées nationales des pays membres, le redéploiement de l'Etat dans certaines zones, notamment à Kidal au Mali.

Les ministres ont, en plus, échangé sur la mise en œuvre des conclusions de leur sommet et de l'Alliance Sahel de Nouakchott du 25 février passé.

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.