Tchad: Le pays abolit la peine de mort pour les actes de terrorisme

L'Assemblée nationale a adopté ce mardi 28 avril une nouvelle loi sur le terrorisme. Principale innovation : le nouveau texte supprime la peine de mort qui a été réintroduite en été 2015 suite aux attentats terroristes de Boko Haram.

C'est à l'unanimité que le Parlement a adopté la nouvelle loi sur le terrorisme réécrite en partie sous la pression de la communauté internationale. En juin 2015 alors que le pays venait de subir les premiers attentats de Boko Haram, le gouvernement a fait adopter une loi portant lutte contre le terrorisme qui prévoit la peine capitale pour les terroristes.

Mais depuis, il n'y a eu qu'une seule exécution. Celle de dix membres du mouvement jihadiste arrêtés après les attentats. En 2017, le nouveau Code pénal abolit la peine de mort pour les crimes de droit commun mais la maintient quand il s'agit du terrorisme. Une disposition qui complique la tâche aux alliés de Ndjamena dans le combat contre le terrorisme dans le cadre du G5 Sahel.

« La coopération judiciaire par exemple est compliquée pour certains pays qui devront extrader des terroristes vers le Tchad qui pourrait les exécuter », explique un expert qui ajoute que la situation du Tchad gênait aussi les partenaires occidentaux qui risquent d'être accusés de financer un pays qui applique la peine capitale.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.