Soudan: Hamdok - Le gouvernement vise à retirer le Soudan de la clause de tutelle actuelle

- Le Premier ministre, Dr Abdullah Hamdok, a déclaré que le peuple soudanais est pleinement protégé et au courant des nouvelles qui visent à saper les objectifs de la grande révolution, ajoutant que dans l'atmosphère de liberté et de transparence, il y a toujours les défis entre les rumeurs et les bonnes nouvelles.

"Nous avons travaillé pour le retrait du Soudan du Chapitre Sept au Chapitre Six, qui permet au Soudan de demander aux Nations Unies ce qui peut être fait au Soudan par la gestion du peuple soudanais et non par les dictées de l'ONU. L'ONU est au Soudan pendant plus de dix ans. La question du Soudan est gérée par l'organisation en vertu du chapitre sept", a dit Hamdok sur Twitter.

Dr Hamdok a ajouté : "Il est très étrange d'entendre que nous avons placé le Soudan sous tutelle, et que le Soudan était déjà sous tutelle. Nous avons essayé de le sortir de cette position en passant du Chapitre Sept au Chapitre Six, ce qui nous permet de traiter de nombreuses questions liées aux experts dans des domaines que le Soudan souhaite et aucune d'entre elles comprend l'existence militaire ».

Le Premier ministre a souligné que le Soudan voulait l'assistance des Nations Unies selon ses expériences qu'elles ont appliquées dans un certain nombre d'autres régions du monde en ce qui concerne la Conférence constitutionnelle nationale, notant que les élections sont le plus grand processus que le pays mènerait à l'extérieur des guerres, et auquel les Nations Unies peuvent contribuer.

"Nous avons demandé aux Nations Unies d'aider le Soudan dans les problèmes de transition et que la réalisation de la paix nécessite l'assistance et les capacités des Nations Unies », a-t-il affirmé.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X