Congo-Brazzaville: COVID 19. Le confinement n'arrête pas le braconnage

Le braconnage d'espèces en danger pourrait augmenter alors que l'attention des gouvernements est absorbée par la gestion du coronavirus et des mesures de confinement.

Il existe une crainte importante que les actes de braconnage augmentent pendant le confinement, les réseaux criminels profitant de la fermeture des parcs, de patrouilles réduites dans les aires protégées ou du fait que les ressources dédiées au respect des lois se concentrent sur des problèmes liés au Covid-19, s'alarme une fondation internationale basée à La Haye.

Des saisies importantes ont eu lieu en Afrique et en Asie depuis que de larges régions du monde sont soumises au confinement, ou des stocks ont été repérés. C'est le cas de plus de six tonnes d'écailles de pangolins saisis en Malaisie le mois dernier, ou encore de stocks d'ivoire au Cambodge, au Laos ou au Vietnam, averti la fondation Wildlife Justice Commission.

Il est important de renforcer le contrôle aux frontières, alors que les réseaux criminels s'adaptent à la nouvelle situation et que le braconnage pourrait bientôt repartir de plus belle, estime cette ONG.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.