Algérie: Les chantiers de réforme du secteur de la presse relancés dès la levée du confinement

Alger — Le ministre de la Communication, Porte-parole du gouvernement, Ammar Belhimer, a annoncé la reprise des chantiers de réforme du secteur de la presse dès la levée du confinement, décidé par les hautes autorités du pays en vue d'endiguer la propagation de la pandémie du nouveau Coronavirus.

Dans un entretien accordé à la Télévision publique à l'occasion de la Journée internationale de la liberté de la presse, M. Belhimer a indiqué que les chantiers de réforme du secteur de la presse, annoncés début janvier dernier, seront repris dès la levée du confinement.

Ces réformes s'inscrivent dans le cadre des engagements du Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune mais aussi dans "le cadre d'une démarche de dialogue participatif ouvert", a-t-il soutenu.

Evoquant ces dix chantiers, le ministre a rappelé la tenue, en février dernier, d'un atelier consacrée à la presse électronique.

Il a indiqué que le 1er chantier vise la conciliation de la liberté et de la responsabilité dans la pratique journalistique.

Il y va aussi de l'information alternative, dit "journalisme citoyen", en ce sens que tout citoyen est responsable de l'information qu'il produit, a détaillé M. Belhimer rappelant les deux Codes adoptés récemment par le Parlement.

Il s'agit de la loi de prévention et de lutte contre la discrimination et le discours de haine et du Code pénal, modifié pour inclure les dépassements sur les réseaux sociaux en tant qu'actes punis par la loi.

Pour le ministre, il est primordial, dans tous les cas, de tenir compte des droits d'autrui à la vie privée, à l'image et à la protection contre toutes formes de diffamation, d'outrage et d'insulte.

Le 2e chantier tend à garantir du droit à l'information dans un cadre pluraliste et la moralisation de la pratique journalistique, conformément aux dispositions générales incriminant les comportements anti-pluralistes, prévus plus précisément dans la loi sur la concurrence et le code pénal.

Cette démarche vise la régulation des pratiques favorisant le pluralisme et les échanges au sein d'une société démocratique, et ainsi faire face à la pensé unilatéraliste-totalitariste et autres dérives libéralistes, a souligné le ministre.

Le 3e chantier sera consacré au vide juridique dont souffre le secteur de la communication nécessitant une révision de "l'organisation de la presse écrite et électronique, l'activité des chaines TV privées, l'organisation des agences de conseil en communication, la régulation de la publicité".

Concernant la presse écrite, le ministre a précisé que la mission de sa régulation sera confiée au Conseil national de la presse, qui s'acquittera de ses missions à travers trois organes, en l'occurrence l'Organe de l'éthique, de la déontologie et de la médiation, l'Organe de la carte professionnelle et l'Organe de Médiamétrie.

Outre l'organisation des agences de conseil en communication, le même chantier abordera l'activité publicitaire qui est marquée par "une pluralité de dispositions dispersées à travers plusieurs textes législatifs et réglementaires, d'où l'impératif de prendre en charge ce volet afin de combler le vide juridique existant", a souligné encore M. Belhimer.

Le troisième chantier concernera la presse électronique et le réseau internet qui représente, a-t-il dit, "un espace ouvert pour des intérêts étroits, des positions hostiles et des agissements négatifs visant à porter atteinte à la dignité et à l'honneur d'autrui et à la souveraineté des Etats en faisant de cet espace un champ de diffamation, de Fakenews et d'incitation à la violence sous toutes ses formes".

Dédié à la transition finale vers la communication numérique, le ministre a fait savoir que l'Union internationale des télécommunications (UIT) a fixé au 17 juin 2020 le dernier délai pour converser du système analogique au système numérique.

"Pour accompagner les efforts de l'Etat dans la consécration du principe de rapprocher les institutions de l'Etat du citoyen et regagner sa confiance partant de notre conviction que le citoyen est source du pouvoir", le ministre a indiqué qu'un atelier complet sera dédié au thème "activation de la communication institutionnelle", alors que le 6ème chantier examinera la question d'extension du réseau de l'information de proximité pour renforcer la démocratie participative.

Pour M. Belhimer, "l'information de proximité est l'un des supports de communication les plus efficaces pour la prise en charge des affaires locales et le rapprochement de l'administration du citoyen, notamment dans les zones intérieures et enclavées".

Les participants au 7ème atelier "Promotion de la formation et la qualification". A cet effet, le ministre a rappelé la réactivation du fonds de ce chantier, gelé depuis 2014, dans le cadre de la loi de finances complémentaire.

Le 9e chantier portera sur la codification de la fonction du sondage d'opinions ou ou l'enquête statistique qui a pour but de donner des indicateurs d'appréciation à un moment précis des opinions, aspirations, perceptions et comportements des citoyens ou d'un échantillon de la société.

Le ministre a mis en avant, à ce propos, "l'absence dans notre pays d'un cadre juridique et de réalité économique claire" dans ce domaine.

Il a précisé qu'un tel mécanisme "est à même d'aider à améliorer ce que j'appelle l'ingénierie législative, et en premier lieu, la recevabilité d'un projet de lois par le citoyen".

En conclusion, le ministre a évoqué les problèmes dont souffrent les hebdomadaires et la presse spécialisée, menacés de disparition en raison des contraintes financières.

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.