Algérie: Une pluie d'hommages au chanteur kabyle Idir

Idir était présenté comme un ambassadeur de la musique kabyle. Lui, était un amoureux du mélange des cultures. Le chanteur Idir est décédé le samedi 2 mai, à Paris, à l'âge de 70 ans, emporté par une maladie pulmonaire. Sa mort a suscité de nombreux hommages.

« J'ai appris avec une immense tristesse la nouvelle du décès d'Idir, une icône de l'art algérien », peut-on lire dans un tweet du président algérien, Abdelmadjid Tebboune.

De son côté, Youcef Aouchiche, président de l'Assemblée populaire départementale de Tizi Ouzou, région natale d'Idir, a pour sa part salué un chanteur qui « continuera d'illuminer le ciel artistique algérien (... ) par sa musique et ses belles paroles ».

En France, Anne Hidalgo, maire de Paris, a également rendu hommage à l'artiste. « Son engagement humaniste, son engagement pour la culture kabyle resteront dans les cœurs.

Sa voix magnifique résonnera longtemps à l'Hôtel de ville où si souvent, nous avons ensemble célébré le nouvel an berbère », a-t-elle indiqué sur Twitter.

Idir n'avait de cesse de partager la musique amazigh. Il a enregistré de nombreux duos avec des chanteurs de différents horizons comme Geoffrey Oryema, Tiken Jah Fakoly, Grand Corps Malade ou encore Maxime le Forestier qui lui a rendu hommage sur RFI.

« Quand on faisait des duos avec Idir... On en a fait deux. Le premier c'était San Francisco que Brahim Izir avait traduit et ça s'appelait "Tizi Ouzou". Et pour son disque Identités, Idir m'avait demandé de venir chanter en duo.

J'avais dit : je suis d'accord à une condition, c'est que ce soit toi qui chantes en français et moi qui chante en kabyle. Ça été pour moi extrêmement difficile parce que le kabyle est une langue très difficile à prononcer.

Il y a trois sortes de "f", c'est très compliqué. Après, pour son dernier album, il m'a demandé de faire la même chose avec Né quelque part. C'était un homme exquis, une sorte de prince parce qu'il régnait quand même sur la chanson kabyle, sans partage quasiment. C'était un grand mec ».

Maxime Le Forestier:« C'était un grand mec »

Idir chantait en kabyle et se sera battu toute sa vie pour la reconnaissance de la langue et de la culture kabyle, comme l'explique Anne Berthod, spécialiste des musiques du monde, au magazine culturel Telerama.

Anne Berthod: «Ses concerts étaient comme des réunions familiales»

RFI a pu également joindre, à Bamako, au Mali, le grand chanteur Tiken Jah Fakoly qui avait enregistré avec Idir le duo Africa Taferka.

Tiken Jah Fakoly : « C'était vraiment un grand honneur pour moi »

A La Une: Algérie

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.