Cameroun: Le conseil d'administration du FMI approuve un décaissement de 226 millions de dollars en faveur du Cameroun pour aider le pays à faire face aux répercussions de la pandémie de COVID-19

document

Washington. Le conseil d'administration du Fonds monétaire international (FMI) a approuvé ce jour en faveur du Cameroun un décaissement au titre de la facilité de crédit rapide (FCR) équivalent à 165,6 millions de DTS (environ 226 millions de dollars, ou 60 % de sa quote-part) pour aider le pays à satisfaire les besoins urgents de financement de sa balance des paiements dus à la pandémie de COVID-19. La pandémie de COVID-19 et les chocs sur les termes de l'échange dus à la forte chute des prix du pétrole ont d'importantes incidences sur l'économie camerounaise, qui a enregistré une chute historique du taux de croissance de son PIB réel.

Les autorités ont pris plusieurs mesures pour endiguer la propagation de la maladie, y compris augmenter les dépenses de santé et les dépenses sociales et venir en aide aux entreprises et aux ménages touchés. Toutefois, en raison d'une nette détérioration des perspectives macroéconomiques et d'un affaiblissement de la situation budgétaire, dû à une baisse des recettes combinée à une augmentation des dépenses directes sur le plan sanitaire et social, des besoins urgents de financement extérieur et budgétaire se font sentir. L'aide du FMI contribuera à satisfaire les besoins immédiats de financement extérieur et à préserver l'espace budgétaire nécessaire aux dépenses de santé liées au COVID-19. Elle devrait aussi permettre d'accélérer la mobilisation de fonds supplémentaires en provenance d'autres donateurs.

À l'issue des débats du conseil d'administration sur le Cameroun, M. Mitsuhiro Furusawa, directeur général adjoint et président par intérim du Conseil a fait la déclaration ci-après :

« Le Cameroun fait face à de sérieuses difficultés dues aux effets cumulés de la pandémie de COVID-19 et des chocs sur les termes de l'échange. La faiblesse de la demande mondiale, la baisse des prix des produits de base et les mesures d'endiguement au niveau national pèsent sur les perspectives et ont de graves répercussions économiques et sociales. Ces chocs ont donné lieu à de fortes tensions budgétaires et à un besoin urgent de financement de la balance des paiements.

Les autorités agissent avec détermination pour limiter la propagation du virus et ses effets sur le plan économique et social. Elles ont mis en œuvre de solides mesures d'endiguement et d'atténuation de la crise et augmentent les dépenses visant à renforcer leur intervention dans le domaine de la santé. Des mesures supplémentaires actuellement à l'étude permettront de soutenir les ménages et les entreprises vulnérables.

Étant donné le caractère soudain et impérieux des chocs, mettre en œuvre des politiques budgétaire et monétaire accommodantes pour atténuer les répercussions de l'épidémie sur le plan humain et économique se justifie. Les autorités restent toutefois attachées au programme de réformes défini dans le cadre de l'accord au titre de la facilité élargie de crédit (FEC). Elles prévoient de procéder à des ajustements pour revenir sur la voie de l'assainissement des finances publiques une fois la crise passée, afin de préserver la viabilité de la dette et d'assurer une forte reprise.

Le financement d'urgence du FMI au titre de la FCR aidera le gouvernement à atténuer les répercussions du double choc. Il sera essentiel d'obtenir une aide supplémentaire auprès des partenaires au développement pour satisfaire les besoins de financement restants. Il faudra également assurer un contrôle budgétaire rigoureux et faire preuve de transparence pour que l'aide accordée au titre de la FCR permette d'atteindre les objectifs visés. »

Informations supplémentaires

Outil de suivi des prêts du FMI (demandes de financement d'urgence approuvées par le conseil d'administration du FMI)

https://www.imf.org/en/Topics/imf-and-covid19/COVID-Lending-Tracker

Calendrier du conseil d'administration du FMI

https://www.imf.org/external/NP/SEC/bc/eng/index.aspx

Plus de: IMF

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.