Afrique: Coronavirus - Le continent face à la pandémie le mardi 5 mai

(Photo d'archives) - Image du crash d'un avion en Afrique

L'Afrique comptait ce mardi 5 mai 47 581 cas confirmés de coronavirus. Le Covid-19 a déjà coûté la vie à 1 862 personnes sur le continent, selon le Centre pour la prévention et le contrôle des maladies de l'Union africaine. L'Afrique du Sud et l'Egypte sont les deux pays les plus touchés, avec respectivement 7 220 et 6 813 cas recensés. Ils sont suivis par le Maroc, l'Algérie, le Nigeria et le Ghana.

Le Burkina Faso met fin à la quarantaine d'une douzaine de villes

Le président Roch Marc Christian Kaboré a mis fin à l'isolement imposé à une douzaine de villes touchées par le coronavirus, dont la capitale Ouagadougou. Le trafic interurbain, interdit depuis le 26 mars entre ces villes, a donc pu reprendre dès ce mardi. En revanche, la fermeture des frontières terrestres et aériennes, ainsi que l'interdiction des rassemblements de plus de 50 personnes restent en vigueur jusqu'à nouvel ordre.

Si l'assouplissement des restrictions est salué par le milieu des affaires, les personnels de santé restent inquiets face à une possible résurgence des cas de coronavirus dans le pays. « Les choses sont en train de rebondir avec 20 nouveaux cas de coronavirus en 48 heures. Il faut trouver les moyens et les stratégies les plus efficaces pour que les populations respectent les mesures barrières », indique le président de l'Ordre des infirmiers du Burkina Faso. Le pays compte officiellement 46 morts et 672 cas positifs au coronavirus.

Au Burkina Faso, comme en Angola, au Kenya et en Guinée, la Fédération burkinabé a décidé de mettre fin à la saison du championnat national de football. C'est l'option de la saison blanche qui a été choisie. La FBF réfléchit à la manière d'aider les clubs dont les finances sont en danger. La saison 2020-2021 devrait commencer le 4 septembre prochain, sous réserve de la levée des mesures restrictives liées à la pandémie de coronavirus.

Pas de ralentissement des opérations de Barkhane, selon un général de la force française

« Le Covid-19 n'a pas d'impact sur nos opérations », assure le général Pascal Facon, au commandement de la force Barkhane au Sahel. Selon lui, l'épidémie représente une « contrainte opérationnelle supplémentaire », mais la force française s'est adaptée, malgré un décalage des relèves et des quatorzaines avant chaque déploiement. « On a énormément travaillé à la mise en œuvre de mesures individuelles et collectives pour faire en sorte que cette contrainte soit la plus minime possible », a-t-il déclaré lors d'une visioconférence de presse. Le général assure que très peu de cas positifs ont été recensés parmi les 5 100 militaires déployés, sans donner de chiffre précis sur le nombre de soldats atteints par le virus.

Le président ougandais allège les mesures de confinement

En Ouganda, le président Yoweri Museveni a annoncé lundi soir la levée de certaines mesures de confinement. Les grossistes, les quincailleries, les garages, les ateliers de métallurgie et de menuiserie, ainsi que les assurances et une trentaine d'avocats peuvent reprendre leurs activités dès ce mercredi. Les restaurants pourront de leur côté assurer un service de vente à emporter. Les écoles et les frontières resteront cependant fermées. Toutes ces nouvelles mesures seront réévaluées par un comité d'experts dans deux semaines.

La RDC s'apprête à libérer des détenus afin d'endiguer la pandémie dans le pays

En Conseil des ministres, le président Félix Tshisekedi a ordonné des libérations massives pour les détenus qui ne présentent aucun risque, qui sont en attente de jugement ou qui ont été condamnés à des peines mineures. Le comité en charge de la riposte contre le Covid-19 a indiqué lundi soir que la contamination dans les prisons risquait d'être un facteur de propagation du virus à grande échelle dans la population congolaise, notamment si la prison de Makala était touchée.

Makala, la prison centrale située à Kinshasa, est le plus grand établissement pénitentiaire du pays. Quelque 8 000 prisonniers s'entassent dans des cellules collectives sans lits. « Nous dormons à tour de rôle, dans un environnement indescriptible et la distanciation sociale est quasi impossible », témoigne l'un d'entre eux. Et même en période de pandémie, de nouveaux prisonniers arrivent en masse. Selon une source pénitentiaire, près de 600 détenus ont été envoyés à Makala depuis un mois.

L'OMS demande des « essais cliniques rigoureux » pour les traitements issus de la médecine traditionnelle

Le bureau régional de l'Organisation mondiale de la Santé pour l'Afrique demande que des « essais cliniques rigoureux » soient appliqués aux nouvelles thérapies à base de plantes pour soigner les patients atteints de Covid-19. Selon l'institution, qui reconnaît cependant les bienfaits de la médecine traditionnelle et alternative, les remèdes comme l'artemisia, utilisé à Madagascar et exporté dans d'autres pays du continent, doivent prouver leur efficacité avant d'être testés à grande échelle. « Les Africains méritent d'utiliser des médicaments testés selon les normes qui s'appliquent aux médicaments fabriqués pour les populations du reste du monde », écrit l'organisation dans un communiqué.

Le Centre pour la prévention et le contrôle des maladies de l'Union africaine (CDC) a également annoncé ce mardi être en discussion avec Madagascar afin d'obtenir des données techniques sur le Covid-Organics, la décoction présentée comme un remède au coronavirus par les autorités malgaches. « Une fois que nous aurons en notre possession les détails, nous étudierons les données scientifiques sur la sécurité et l'efficacité et l'innocuité du traitement », indique le CDC.

L'UA est en discussion avc la République de Madagascar, par le biais de son ambassade à Addis-Abeba, en vue d'obtenir des données techniques concernant l'efficacité du remède à base de plantes, récemment annoncé par Madagascar pour la prévention et le traitement du COVID19.

Décès de Marc Mapingou, figure de la vie politique congolaise

Marc Mapingou, l'ancien directeur de campagne du président du Congo-Brazzaville Pascal Lissouba est décédé des suites du Covid-19 ce mardi à Paris, à l'âge de 63 ans. Récemment, il était devenu le porte-parole à l'étranger de l'opposant Jean-Marie Michel Mokoko. « C'est une grande perte pour la démocratie congolaise, c'était un homme de consensus, pas clivant. Son humanisme était tel qu'il était à côté de chacun. Son combat, c'était l'espérance. Il était d'une grande écoute », lui a rendu hommage sur RFI la journaliste Sadio Kanté.

Fin du confinement au Lesotho

Le Premier ministre du Lesotho Thomas Thabane a annoncé que le confinement prendrait fin ce mercredi sur le territoire national. « Les services et entreprises non essentiels » seront donc autorisés « temporairement » à reprendre leurs opérations à compter de demain. Le port du masque sera obligatoire dans les lieux publics. Les frontières, en revanche, restent fermées, indique le chef du gouvernement, qui dénonce des traversées illégales depuis l'Afrique du Sud.

Un avion humanitaire kényan s'écrase en Somalie

Un avion-cargo kényan s'est écrasé lundi dans le sud de la Somalie où il effectuait une mission humanitaire, causant la mort des six personnes présentes à bord. L'appareil transportait du matériel dans le cadre de la lutte contre la pandémie de coronavirus. « L'avion était sur le point d'atterrir sur la piste de Bardale lorsqu'il s'est écrasé et a pris feu. Les six personnes à bord sont mortes dans l'accident », a déclaré à l'AFP Abdulahi Isack, un responsable de la police locale somalienne.

Au Zimbabwe, les entreprises dénoncent des règles trop strictes pour leur réouverture

Certaines entreprises qui devaient rouvrir ce lundi grâce à un allègement des mesures de confinement au Zimbabwe restent fermées. En cause : des conditions « irréalisables » à leur réouverture. Avant la reprise des activités, les autorités demandent aux entreprises de tester tous leurs salariés contre le coronavirus. Mais la Confédération des Industries du Zimbabwe déclare que les kits de tests recommandés par le gouvernement ne sont pas certifiés par l'Organisation mondiale de la Santé et ne sont pas fiables. Les industries dénoncent également le prix de ces kits : certains se vendent à plus de 50 dollars.

Dix médecins atteints de coronavirus à Kano

A Kano, dans le nord du Nigeria, dix médecins ont été testés positifs au coronavirus. Selon les autorités, ils auraient été infectés en soignant des patients présentant des symptômes du Covid-19. Les syndicats hospitaliers pointent du doigt le manque d'équipement de protection pour le personnel de santé. L'Etat de Kano est le deuxième territoire du pays le plus touché par le coronavirus, après la mégalopole de Lagos, avec 365 cas confirmés et huit décès officiellement déclarés.

L'ONG Human Rights Watch s'inquiète par ailleurs dans un communiqué de l'augmentation du nombre de cas à Kano. Pour l'association de défense des droits humains, l'accès à une information fiable sur la santé publique est essentielle pour endiguer la pandémie. L'ONG encourage les autorités à travailler avec les groupes communautaires, les leaders religieux et les stations de radio afin d'informer le plus grand nombre sur l'évolution de la pandémie et les gestes barrières à adopter.

Deux tiers des Africains souffriraient de la faim pendant un confinement total, selon une nouvelle étude

L'OMS et le Centre pour la prévention et le contrôle des maladies de l'Union africaine ont mené une étude dans 20 pays africains sur les conséquences d'un confinement total sur le continent. Selon les résultats, les deux tiers des personnes interrogées souffriraient de la faim si elles devaient rester chez elles pendant 14 jours. La moitié d'entre elles ont indiqué qu'elles seraient également à cours d'économies. Le rapport alerte sur les risques d'instabilité et de violences si les mesures de restrictions destinées à endiguer l'épidémie ne sont pas adaptées aux réalités et aux besoins des populations.

La compagnie aérienne sud-africaine Comair placée en redressement

« La seule décision responsable est d'être placé en redressement pour sauvegarder les intérêts de la compagnie et de ses actionnaires », indique dans un communiqué la compagnie aérienne sud-africaine Comair, franchise de British Airways. L'entreprise a suspendu tous ses vols depuis le 26 mars. « C'est une procédure nécessaire pour qu'on puisse redémarrer » en octobre ou novembre, ajoute la compagnie.

Le Togo met en place une cellule d'aide psychologique

La pandémie de coronavirus et les mesures pour l'endiguer ont des effets sur le corps, mais également sur les esprits. Une cellule d'aide psychologique a été mise en place à l'initiative des praticiens hospitaliers du Togo. Des médecins et soignants sont à l'écoute des plus inquiets. « On va pouvoir orienter les personnes présentant un trouble psychologique vers une cellule de prise en charge. Ces actions visent à prévenir les conséquences et à soigner les troubles psychologiques engendrés par le stress lié au Covid-19 », détaille l'un des psychologues bénévoles de la cellule.

Les soignants eux-mêmes sollicitent régulièrement la cellule d'écoute. « Ce personnel appelle pour nous exprimer leur fatigue, leur épuisement. Je pense que les soignants sont tellement occupés qu'ils n'ont parfois même pas le temps de nous appeler donc nous réfléchissons à une nouvelle approche », explique une psychiatre.

En Côte d'Ivoire, un décès supplémentaire, 18 au total

La Côte d'Ivoire a enregistré ce mardi un décès supplémentaire et 32 nouveaux cas de maladie à Coronavirus, portant à 1 464 le nombre de cas confirmés et 18 décès au total.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.