Afrique: Des rapatriés gambiens produisent des équipements de protection pour les professionnels exposés au COVID-19

La propagation rapide du COVID-19 en Afrique occidentale et centrale, qui a infecté plus de 8 000 personnes et entraîné la mort de plus de 200 autres, a entraîné une pénurie d'équipements de protection individuelle (EPI).

Afin d'améliorer la disponibilité des fournitures médicales de base en Gambie, l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) intègre les activités liées à COVID dans les initiatives existantes. Dans le cadre de leur aide à la réintégration, 20 migrants produisent jusqu'à 2 000 combinaisons de protection et couvre-chaussures. Celles-ci seront données au ministère de la santé à l'usage des fonctionnaires de première ligne chargés de l'immigration et des frontières.

Après l'approbation du prototype par le Bureau des normes de Gambie (TGSB), les rapatriés ont maîtrisé la technique et les spécifications correctes pour la production d'articles de protection. Les 20 participants, dont la plupart étaient bloqués en Libye et au Niger, ont été préalablement formés à la confection et ont reçu du matériel de couture dans le cadre de l'aide à la réintégration reçue au titre de l'initiative conjointe UE-OIM.

"Le gouvernement a actuellement besoin de ces fournitures médicales, c'est donc une initiative très louable. Il est d'autant plus réjouissant que les rapatriés pourront tirer des revenus de cette opportunité", a expliqué Amadou G. Jallow, responsable des normes au TGSB. Tous les costumes et revêtements de chaussures produits seront approuvés par le bureau pour l'assurance qualité.

En plus de contribuer à la réponse de la Gambie au COVID-19, cette initiative "argent contre travail" facilite la réintégration des rapatriés avec des compétences de couture et des entreprises, car l'impact généralisé de la pandémie sur l'activité économique risque de saper les gains que les rapatriés ont réalisés en s'installant.

"Cette initiative innovante fait appel aux compétences des rapatriés pour répondre à une demande publique urgente", a déclaré Fumiko Nagano, chef de mission de l'OIM en Gambie. "Tout comme les gens dans le monde entier travaillent sans relâche pour lutter contre la pandémie, nous sommes très heureux de mettre en lumière le travail de ces rapatriés en Gambie".

Abdou Magidou Jallow, qui est rentré du Maroc au début de l'année, a déploré les défis posés par le COVID-19.

"Cela a vraiment affecté mon entreprise de couture ; nous avions beaucoup de clients, mais maintenant nous n'en avons presque plus car beaucoup de gens restent chez eux," a-t-il déclaré. "C'est une opportunité pour moi et mes compagnons de retour de gagner un revenu et, en même temps, de contribuer à la lutte contre la pandémie.

Avec l'aide d'Abdou et des autres participants, les fonctionnaires de première ligne chargés de l'immigration et des frontières bénéficieront d'une protection supplémentaire pour effectuer leur travail en toute sécurité. Comme la Gambie partage des frontières très poreuses avec le Sénégal, les postes frontières et les communautés sont en première ligne de la pandémie, et constituent un élément clé de la réponse de l'OIM dans le pays.

L'OIM a orienté un autre groupe de rapatriés ayant des compétences en matière de couture vers le Centre du Commerce International, qui s'est lancé dans une initiative similaire pour produire des masques en tissu. Entre-temps, d'autres rapatriés gambiens ont pris une grande initiative pour sensibiliser les communautés au COVID-19.

Cette initiative a été soutenue par l'Initiative conjointe UE-OIM pour la protection et la réintégration des migrants, financée par le Fonds d'affectation spéciale d'urgence de l'UE pour l'Afrique. Couvrant 26 pays, l'initiative conjointe vise à soutenir la réintégration durable des migrants de retour et constitue le premier programme global visant à sauver des vies, à protéger et à aider les migrants le long des principales routes migratoires en Afrique.

Depuis 2017, l'OIM a aidé au retour et à la réintégration de plus de 5 000 Gambiens.

Plus de: Africa Renewal

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.