Ile Maurice: Air Mauritius - La SBM ne figure pas parmi les créanciers de la compagnie d'aviation

Sa présence n'a pas été remise en question. En l'absence d'une motion de remplacement hier, Sattar Hajee Abdoula a été reconduit de facto à son poste d'administrateur d'Air Mauritius (MK). Cela, depuis que la compagnie d'aviation nationale a été placée sous administration volontaire le 22 avril.

En fait, aucune question n'a été posée quant à l'existence d'un quelconque conflit d'intérêts par rapport à la présence du Senior Partner de Grant Thornton à la direction de la compagnie aérienne alors qu'il est Chairman de la State Bank of Mauritius (SBM) Holdings. Raison avancée: les représentants des principaux créanciers n'ont pu établir, selon nos renseignements, que la SBM est un créancier lors de cette réunion faite par visioconférence. Pour cause, la SBM n'est pas classée dans la liste des créanciers déposée hier par l'administrateur Sattar Hajee Abdoula.

Du coup, toute la problématique portant sur la motion pour remplacer les administrateurs d'Air Mauritius ne s'est pas posée lors de cette rencontre virtuelle. Ce, conformément à l'article 234 de l'Insolvency Act 2009 autorisant légalement les créanciers à remettre en cause la nomination faite par le conseil d'administration d'Air Mauritius. «Si la SBM était un des créanciers, pourquoi avoir choisi délibérément de ne plus y en faire partie ? Est-ce pour permettre à Sattar Hajee Abdoula de poursuivre sa mission de restructurer la compagnie ? Car au cas contraire, il n'aurait pas était maintenu à son poste; ce qui aurait permis aux représentants des créanciers de nommer un autre administrateur», soutient une source proche d'un représentant à cette réunion.

Selon des experts, l'absence de la SBM à cette réunion ne peut nullement être interprétée comme une démarche visant à céder ses droits sur ses créances à Air Mauritius. «Les créances ne se traitent pas au niveau de l'administration d'une société. C'est seulement à l'étape de liquidation que cette question est prise en compte par le liquidateur.»

À l'agenda également : la mise en place d'un comité des créanciers pour surveiller le bon déroulement de l'administration de MK. Or, il nous revient qu'en l'absence de la SBM, les représentants de deux banques, dont la HSBC et l'ABSA Bank ainsi que ceux des sociétés de leasing internationales, dont Crédit Agricole et Nordic Aviation Capital, en font partie.

Par ailleurs, les deux partenaires de Grant Thornton travaillent actuellement sur un plan de relance économique. Car la compagnie nationale d'aviation veut se donner le temps de mettre en place des conditions favorables pour se restructurer afin d'assurer sa pérennité. Les administrateurs ne comptent négliger aucune piste pour donner plus d'agilité à la société, quitte à prendre des mesures drastiques comme la réduction des allocations et le dégraissage du personnel, y compris du nombre de pilotes.

Conflit d'intérêts Abdoula/MK: Boolell réclame une enquête

Le leader de l'opposition a demandé au directeur du bureau de service des faillites sur les liens d'initier une enquête sur un éventuel conflit d'intérêts entre Sattar Hajee Abdoula, le Senior Partner de Grant Thornton, et la compagnie aérienne nationale. Dans une lettre qui a été adressée au directeur, Arvin Boolell demande que la lumière soit faite sur ces relations, notamment sur des cas où le Senior Partner de Grant Thornton aurait accepté des «assignments» pour le compte de MK. Idem pour savoir si un membre de sa société et lui auraient participé à une réunion du conseil d'administration de MK en 2019 et 2020. Et ce, avant sa nomination comme administrateur de la compagnie.

Après la réunion, Sattar Hajee Abdoula et Arvind Gokhool ont émis un communiqué dans lequel ils ont brièvement expliqué la suite des événements:

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X