Burkina Faso: COVID-19 / Christophe Joseph Marie Dabiré - «Le Gouvernement se réserve le droit de revenir sur les mesures de restrictions des libertés»

Le Premier ministre, , a expliqué aux journalistes ce mardi 5 mai 2020, au cours d'un point de presse, que sa sortie médiatique avait pour objectifs, de faire passer non seulement un message d'apaisement, mais aussi de dire que le Gouvernement fait confiance aux populations, quant à leur sens de la responsabilité dans l'application des mesures qui accompagnent la levée progressive des restrictions.

Sur la question de savoir si la levée des restrictions n'était pas dictée par la pression populaire, le Chef du Gouvernement a souligné qu'une large concertation avait déjà été entamée, avec les différents acteurs des secteurs concernés.

Selon lui, ce sont ces discussions qui ont permis de définir les conditions de reprise des activités.

«Au niveau des transports, le ministre de tutelle a eu quatre rencontres avec les acteurs et ce sont ces derniers qui ont défini les mesures qu'ils allaient appliquer dans le cadre de la reprise», a précisé le Premier ministre.

La décision de la réouverture des classes, des marchés et yaars, s'inscrivent dit-il, dans ce processus qui prend en compte le caractère sensible de la situation économique de notre pays.

Pour ce qui concerne le non-respect du port de masque, le Premier ministre a rappelé que la première phase consistait à sensibiliser la population.

«Il y aura une phase de contrôle et de répression, parce que le port du masque peut à lui seul, réduire la progression de la maladie de l'ordre de 70%, et nous comptons sur la population qui doit prendre conscience de cette réalité», a-t-il insisté.

Comme pour dire toute la responsabilité de la population sur cette question, il a soutenu que « le Gouvernement se réserve le droit de revenir sur les mesures de restrictions si, pour non-respect des mesures barrières, la maladie connait un rebond».

Christophe Joseph Marie DABIRE s'est également prononcé sur la question de l'insécurité. Le Premier ministre a reconnu que la pandémie du Covid-19 a captivé tout le monde, au détriment d'autres problématiques majeures.

Cependant, il a rassuré que le sujet de l'insécurité reste au centre des préoccupations du Gouvernement et que les ministères chargés de la question travaillent à renforcer le dispositif sur le terrain.

Abordant la question du front social, il a lancé un appel aux organisations syndicales de l'Education pour sauver l'année scolaire.

Car, a-t-il estimé, « il y va de l'intérêt de nos enfants ». C'est ainsi que le Chef du Gouvernement a invité les partenaires sociaux à la table des négociations.

Plus de: Fasozine

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.