Cameroun: Exposition - Des femmes ARTuELLES

Les œuvres de 12 artistes présentées dans une galerie à Douala, à découvrir en ligne, se veulent le témoin de la créativité féminine.

Annie Kadji Arts Gallery fait la part belle aux femmes. Leur doigté artistique, plus précisément celui de 12 artistes féminins d'origine camerounaise, est mis en exergue depuis le 25 avril dernier, dans cette galerie du quartier Bonapriso à Douala.

Parmi elles, se comptent des plasticiennes, des photographes, une réalisatrice, une designer et une poétesse. « ARTuELLES-Interférences » est le couvert de cette expo virtuelle produite par le Cabinet d'Architecture Diwouta, à découvrir sur les plateformes Facebook, Instagram, YouTube, jusqu'au 23 mai prochain.

La décennie 2020 se fera avec ces femmes, engagées dans la promotion de l'art, de leur art. Ce projet à trois volets (dont le premier est « Interférences ») se présente alors comme le miroir de leurs ambitions artistiques. Ces dames, ce sont : Alida Ymele, Bienvenue Fotso, Blanche Agoume, Cecile Mouen Makoua, Consoler Kabangu, Gabriella Badjeck, Grace Dorothée, Laura Tolen, Leuna Noumbimboo, Ot? Ngando, Soraya Milla, Wilfried Mbida. Qu'elles vivent sur le territoire national ou ailleurs, elles ont tant de choses à sortir de leurs tripes.

Plus de 70 œuvres, disposées stratégiquement dans un espace-loft de 250 mètres carrés, témoignent de cette volonté de crier ou de chuchoter aux oreilles du monde (tout dépend du caractère de chacune), sa vision de la société.

Cette bulle imaginée par Danièle Diwouta-Kotto, architecte et conceptrice de cette rencontre artistique, n'est traversée par aucune interférence. Les 12 points de vue s'entrecroisent dans une certaine dynamique, non sans éclipser le travail de l'une ou de l'autre. Cela serait impossible, tant les contributions apportées rayonnent par leur singularité, leur spécificité.

Peinture, dessin, photographie, vidéo, design, poésie, installation, performance coexistent avec une telle fascination, car derrière ce résultat, il y a le surpassement de soi. Le commissariat de l'exposition est le fruit d'un trio de férus de la chose artistique.

Danièle Diwouta-Kotto, Louise Abomba et le plasticien Salifou Lindou - également coach des participantes - ont entraîné les artistes vers des chemins inhabituels, dans l'optique d'explorer d'autres techniques picturales, de mettre en valeur leurs œuvres, de dialoguer entre elles, dans la perspective de tisser des alliances.

« Au plan technique, j'aimerais que cette exposition permette aux artistes de mieux se définir par rapport aux courants internationaux. On est toujours dans les pas de quelqu'un », confie Diwouta-Kotto. Alors en sortant de leur cocon, elles se lancent des défis qu'elles affrontent les yeux dans les yeux. Alida et Blanche ressortent immigrées et métaphores.

Bienvenue, en plasticienne écolo, vogue dans le champ des plantes médicinales. Cécile s'érige en avocate des espèces animales en voie de disparition.

Consoler analyse au microscope de son objectif-photo le regard de l'homme sur la femme. Gabriella, un brin érotique, s'interroge sur le « nu » au féminin. Grace s'acharne à poursuivre sa quête d'identité. Laura remonte le temps, en grimpant son arbre généalogique. Leuna filtre les saisons et leurs effets sur la femme, du berceau à la vieillesse. Oté, la poétesse, capte des extraits de son recueil « Que ton souffle porte ».

Soraya diagnostique la dualité de la vie, qu'elle met en parallèle avec le vitiligo, cette maladie cutanée qui dépigmente la peau de son sujet par plaques... Wilfried, à la conclusion, pleure ses proches disparus. Loin des commissaires l'idée d'encenser ou de cultiver le féminisme. Des femmes, ensemble pour une cause commune ?

Quel droit revendiquent-elles encore ? Rien du tout. Car « ARTuELLES-Interférences » est en réalité le terrain où toutes les sensibilités de l'art peuvent s'étaler sans compromis, ni préjugés.

Les femmes d'Afrique francophone et leur rapport à l'art, restent au cœur des préoccupations. Pour les artistes camerounaises, l'expérience est à reproduire sans ménagement. De telles communions artistiques se font déjà sous des cieux voisins, à l'exemple du Nigeria, du Kenya, du Zimbabwé...

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.