Cote d'Ivoire: Bingerville - De l'eau au compte-gouttes dans les robinets, une pétition en cours

L'eau, ce précieux liquide, est devenue une denrée rare et recherchée par les habitants de Bingerville ces derniers temps.

En effet, depuis maintenant un mois, l'eau, source de vie, est devenue source de souffrance pour les Bingervillois. De jour comme de nuit, c'est la veille. Rien au bout de cette veille pendant au moins deux jours.

Par chance, pendant une de ces nuits (entre 1h du matin et 3h du matin), quelques gouttes peuvent "fuir" des robinets.

Cette situation que des habitants de certains quartiers jugent gênante et agaçante veut les pousser à une pétition comme celle déjà lancée pour l'électricité.

« Nous commençons à regretter d'avoir aménagé à Bingerville avec cette situation gênante et agaçante. Pour avoir de l'eau dans nos robinets, c'est un problème.

Tu peux veiller deux jours de suite sans en obtenir. C'est déplorable et regrettable », se plaint M. Amani Sylvain, nouvel habitant du quartier Savane II.

« Cela fait trois jours que je ne dors pas les nuits. Et pendant ces jours, c'est seulement hier (Ndlr: vendredi) que j'ai pu recueillir un peu d'eau qui ne pourra même pas terminer la journée », s'est indignée dame Sopie, habitant le quartier Gbagba Nord.

Même situation dans les quartiers Sicogi II, Berlin, Cie, Energie solaire, derrière l'hôpital et Adjamé-Bingerville. « Depuis plus d'un mois, nous souffrons à cause du manque d'eau. Pour en avoir, il faut veiller car quelquefois cela vient entre 1h du matin et 3 voire 4h du matin.

Ma femme souffre de cette situation avec le nouveau-né. Nous ne savons pas quoi faire », a pour sa part déploré M. Appia Nanan, résidant au quartier Cie.

Toutes les sources pour avoir l'eau sont bonnes à prendre dans cette période sans argent.

« Dans cette période de coronavirus, où tout est devenu dur, s'il faut en plus des factures d'eau et de Cie, acheter encore de l'eau en bouteille ou des fûts d'eau pour vivre, vraiment je ne sais pas comment pourrions-nous nous s'en sortir ? », s'interroge Mamie Léontine, habitant le quartier Berlin.

Pour elle, il n'est pas question, dans cette période où plusieurs activités sont suspendues, de débourser de l'argent pour se procurer de l'eau pourtant les factures délivrées ne pas encore réglées. « Je viens d'acheter un fût d'eau à 15 000 Fcfa pour ma famille.

Comme vous le voyez, c'est difficile mais nous sommes obligés de le faire. Sinon comment pourrions-nous vivre sans de l'eau dans cette période de Covid-19, où tout doit être propre.

Et je vous le dit, cette eau ne pourra pas faire deux semaines. Vivement que la Sodeci fasse quelque chose pour nous éviter des dépenses supplémentaires », plaide M. Kouakou Kouadio, du quartier Energie solaire.

Pour celle qui se fait appeler la vieille, résidente du quartier derrière hôpital, ce manque d'eau dans les robinets est encore une autre souffrance pour des familles défavorisées.

« Nous n'arrivons même pas à avoir de quoi manger dans cette situation où l'on parle de maladie, et maintenant nous n'arrivons plus à avoir de l'eau.

Et nos enfants sont obligés de parcourir la ville à la recherche de puits. Pourtant, c'est pour éviter de contracter des maladies hydriques que nous avons tout fait pour installer l'eau potable à la maison », s'est-elle offusquée.

A l'entendre, si cette situation de manque d'eau dans les robinets perdure, ce sera surtout pour les familles défavorisées une autre souffrance.

Pour éviter donc le pire pour ces familles, elle dit implorer le bon Dieu afin de toucher le coeur des responsables de la société en charge de la distribution d'eau, à mettre fin à ce calvaire que les populations vivent dans cette période de Covid-19, à Bingerville.

Il faut noter que des personnes dans cette situation sont en train d'initier une pétition après celle de l'électricité en cours au quartier Energie solaire.

Cette pétition vise à sensibiliser l'opinion à cette situation de manque d'eau et aussi à faire pression sur les services en charge de la question pour trouver une solution rapide.

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.