Cote d'Ivoire: Chantiers de la CAN 2023 - Le ministre des Sports touche du doigt la réalité du terrain

Le village de la Can 2023, le terrain d'entraînement au lycée classique et le Stade de la paix sont les chantiers que le ministre des Sports, Danho Paulin Claude, a visité, le week-end, dans le cadre de l'organisation de la Coupe d'Afrique des nations (Can 2023) à Bouaké. « Nous avons vu les chantiers évoluer avec une bonne vitesse de croisière, malgré les mesures de restriction prises afin de faire face à la pandémie du coronavirus. Nous repartons très satisfait de Bouaké », a-t-il déclaré à l'issue de sa visite de travail.

Pour l'émissaire du gouvernement, les populations de la Côte d'Ivoire et singulièrement celles de Bouaké doivent retenir que le gouvernement est en train de réaliser d'importants investissements liés à cette compétition continentale dans la capitale de la région de Gbêkê. Bouaké, en effet, va accueillir un des six groupes de l'épreuve. Pour recevoir la foule qui va déferler sur la cité, un village Can 2023 et quatre terrains d'entraînement sont en réalisation. Sans compter le Stade de la paix qui est en train de connaître une modification en profondeur.

C'est par le village de la Can situé au quartier Kennedy que le ministre et sa délégation ont entamé cette visite qui a pris l'allure d'une inspection, pour mieux apprécier le travail qui est fait. Danho Paulin avait à ses côtés, Tuo Fozié, préfet de la région de Gbêkê, préfet du département de Bouaké et Nicolas Djibo, maire de cette commune.

La visite guidée a été dirigée par Bruno Tomé, directeur général de Motaengil Africa-Côte d'Ivoire, l'entreprise chargée des travaux. Ce sont 32 villas de haut standing de 5 pièces chacune qui sont en construction dans ce quartier huppé de la ville, avec un taux de réalisation des travaux de 60%.

La délégation ministérielle a fait le tour des quatre terrains d'entraînement qui sont en construction. A savoir, l'ancien Stade municipal, les terrains des sports du lycée et du collège techniques et celui du lycée classique. C'est justement ce dernier qui a été choisi pour recevoir les émissaires du gouvernement. Après les explications données par les techniciens du chantier, le ministre des Sports a fait cette précision: « Si nous avons choisi de faire ces terrains d'entraînement en utilisant les infrastructures sportives de certains établissements scolaires, c'est pour que, une fois la Can2023 achevée, cela serve aux élèves pour leurs compétitions de l'Oissu. C'est pourquoi nous vous demandons, en plus de la pelouse et des vestiaires, que de véritables tribunes soient construites ». Les techniciens ont révélé que le taux d'exécution des travaux sur l'ensemble des quatre terrains d'entraînement avoisine les 30%.

C'est par le plus gros œuvre en cours de réalisation (le Stade de la paix) que la visite s'est achevée. Un chantier gigantesque. Les ouvriers étaient à la tâche, malgré le Covid-19. Il s'agit d'un stade entièrement couvert qui pourra contenir 40 000 personnes. Ici, on note un taux d'exécution de 40%. « Nous avons vu une entreprise citoyenne engagée à tenir les délais contractuels », s'est réjoui Paulin Claude Danho. Autre motif de satisfaction de l'émissaire du gouvernement: le respect des mesures barrières par l'entreprise. « Nous réitérons à l'ensemble des autorités politiques et administratives et des populations que le Covid-19 est encore vivace dans le monde et dans notre pays. Nous devons donc redoubler de vigilance, comme l'a souhaité le Président de la République lors de sa dernière adresse à la nation », a-t-il indiqué.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.