Afrique: Tirer les leçons de l'épidémie d'ebola pour lutter contre COVID-19 à l'OIM en Sierra Leone

Avec plus de 14 000 cas d'Ebola et près de 4 000 décès, la Sierra Leone a été l'un des pays les plus durement touchés par l'épidémie de 2014-2016. Le virus Ebola a submergé le fragile système de santé publique du pays, qui était encore en reconstruction après une guerre civile brutale, et qui luttait pour répondre aux demandes de professionnels de santé supplémentaires.

La Sierra Leone est maintenant confrontée au COVID-19. Au 7 mai, il y avait 225 cas confirmés et 14 décès liés au COVID-19 dans le pays.

Ces chiffres sont en fait faibles par rapport aux autres pays de la région. C'est en partie grâce à ce que la Sierra Leone a appris de l'épidémie d'Ebola.

La Sierra Leone a développé un plan de préparation au COVID-19 trois semaines avant que son premier cas ne soit confirmé. Cela a permis au ministère de la santé d'identifier, de tester et de mettre en quarantaine rapidement la plupart des contacts primaires du cas index, limitant ainsi la propagation de la maladie.

Dans une région connue pour la porosité de ses frontières terrestres et le degré élevé de ses échanges transfrontaliers, la surveillance des maladies et le dépistage sanitaire sont essentiels pour détecter et orienter les voyageurs potentiellement malades vers des structures de soins adéquates afin de limiter la propagation de toute maladie. L'engagement auprès des communautés des zones frontalières à haut risque, des bidonvilles surpeuplés et des établissements informels joue également un rôle important dans la prévention de la propagation d'une maladie.

"Pendant le virus Ebola, l'OIM a mené un programme national de formation à la prévention et au contrôle des infections pour les travailleurs de première ligne, les fonctionnaires aux postes frontières, a mis en place des systèmes de surveillance de l'eau, de l'assainissement et de l'hygiène (WASH) aux points d'entrée clés (PDE) et a engagé les communautés dans des pratiques d'hygiène pour briser la chaîne de transmission", explique le Dr James Bagonza qui dirige les opérations de l'OIM en Sierra Leone.

En 2016, après que la Sierra Leone ait été libérée du virus Ebola, le pays comptait 156 médecins et 5 668 infirmières pour une population d'un peu plus de 7 millions de personnes, selon l'Organisation mondiale de la santé. Bien que les ressources humaines soient encore limitées, depuis lors, le gouvernement de la Sierra Leone a apporté des améliorations substantielles à son système de santé publique, notamment en réponse au COVID-19. Au 9 avril, il y avait 130 lits d'hôpital disponibles pour COVID-19, 200 concentrateurs d'oxygène et 15 lits pour les patients nécessitant des soins intensifs.

La Sierra Leone, comme d'autres pays durement touchés par le virus Ebola, a reçu d'autres aides de la communauté internationale permettant le déploiement de centres de traitement et la formation des travailleurs de première ligne à la prévention et au contrôle des infections. La revitalisation du système de surveillance des maladies du pays, la mise en place de centres d'opérations d'urgence (tant au niveau national qu'au niveau des districts) et le développement de réseaux solides pour soutenir la sensibilisation et la mobilisation des communautés ont également joué un rôle crucial pour que le pays soit mieux armé pour résister à la contagion.

Lorsque le COVID-19 a éclaté, ces mesures ont immédiatement été améliorées et appliquées pour enrayer la propagation de la maladie dans le pays. Avant même que le premier cas de COVID-19 ne soit signalé dans le pays, le 31 mars 2020. L'OIM a travaillé en étroite collaboration avec le ministère de la santé de Sierra Leone (MOH) par le biais de centres d'opérations d'urgence mis en place pendant la crise d'Ebola, afin de soutenir la préparation et la réponse du pays au COVID-19.

"Nous sommes en train de réorganiser notre formation à la prévention des infections, la mobilisation sociale et le dépistage sanitaire dans les communautés locales, en particulier dans les zones frontalières, avec notre réseau de volontaires, afin de garantir que chacun, quelle que soit sa classe sociale, soit informé et habilité à se protéger et à protéger ses proches contre la maladie", a déclaré le Dr Bagonza.

L'OIM a mené une évaluation rapide de la vulnérabilité des 16 districts de la Sierra Leone en collaboration avec le ministère de la santé. À la demande du ministère, l'OIM a formé et déployé 60 agents de santé communautaires équipés de matériel de prévention et de contrôle des infections (IPC) pour mener des activités de dépistage et de communication sanitaires dans des lieux prioritaires tels que les ports et les points de passage terrestres dans cinq des districts du pays.

En 2014, le premier cas d'Ebola a été enregistré à Kailahun, une ville située à environ 320 kilomètres de Freetown, mais à moins de 10 kilomètres de la frontière avec la Guinée. "La priorité de l'OIM est de renforcer et de réactiver le dépistage sanitaire aux points de passage informels très fréquentés dans les zones côtières ainsi que sur les quais des zones frontalières à forte activité économique où les populations des pays voisins, la Guinée et le Libéria, continuent d'entrer en Sierra Leone malgré la fermeture des frontières", a expliqué le Dr Bagonza.

Les communautés frontalières et les zones côtières difficiles à atteindre sont particulièrement vulnérables au COVID-19 en raison de l'accès limité à l'information et du manque d'infrastructures et de personnel de santé adéquats pour dépister et mettre en quarantaine les cas suspects. Afin de garantir que chacun ait accès à des informations vitales sur l'OIM, l'organisation travaille avec les jeunes, les chefs de communauté et les migrants de retour au pays pour les sensibiliser aux mesures préventives de COVID-19 dans ces régions.

Au total, plus de 200 000 personnes ont été touchées à Freetown, ville surpeuplée, dans les quartiers informels, les communautés côtières et les zones frontalières. Les migrants de retour ont également rejoint la lutte contre le COVID-19 et ont enregistré une chanson pour encourager les communautés à adopter et à respecter les mesures préventives.

La réponse de l'OIM au COVID-19 en Sierra Leone est soutenue par les gouvernements des Pays-Bas, du Japon et des États-Unis.

Plus de: Africa Renewal

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.