Centrafrique: Cour pénale spéciale - Les crimes de Ndélé en ligne de mire

Ce tribunal hybride entend se saisir des dossiers des derniers affrontements qui ont coûté la vie à plus de 40 personnes dans cette ville du nord du pays.

Dans une déclaration faite samedi dernier, la Cour pénale spéciale (CPS) pour la Centrafrique a annoncé qu'elle entend se saisir du dossier sur les crimes à Ndélé.

Les 6 et 11 mars ainsi que le 29 avril derniers, plus de 40 civils ont perdu la vie dans cette ville située dans le nord du pays à la suite des combats ayant opposé deux factions rivales du Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique (FPRC), l'un des principaux groupes rebelles.

Cette annonce intervient au lendemain d'une mission d'enquête judiciaire conduite du 1er au 4 mai dernier dans cette localité par le procureur général de la République centrafricaine.

Accompagné pour la circonstance de la police de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en Centrafrique (Minusca), Eric Didier Tambo dit être revenu à Bangui avec des éléments attestant d'une violation des droits de l'Homme et des crimes contre l'humanité.

Créée par décret en 2015, cette cour hybride composée de magistrats centrafricains et étrangers a été inaugurée en octobre 2018. Pour le moment, ses enquêtes n'ont encore donné lieu à aucun procès.

Mais, ses juges se veulent tout de même rassurants sur le fait que le mandat de cette juridiction spéciale qui est d'enquêter, d'instruire et de juger les responsables des violations graves de droits de l'Homme sera bel et bien exécuté.

Pour le moment, la CPS fait un travail de collecte des éléments de preuves et d'analyse. Mais, le procureur spécial adjoint de la CPS, Alain Ouaby-Bekaï, a, dans un communiqué, mis en garde les auteurs de ces crimes qu'ils seront tôt ou tard traqués.

En plus de Ndélé, les dossiers d'Alindao et de Paoua sont aussi en instance sur le bureau de la CPS.

Cette juridiction tient tout de même à rassurer quant aux enquêtes et recrutements du personnel en cours en vue du renforcement de ses effectifs pour l'ouverture effective des procès. Au regard de la pléthore de plaintes en attente.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.