Afrique: Rapport - La résilience des agriculteurs face à la crise COVID-19

communiqué de presse

Selon un nouveau rapport, les petits exploitants agricoles des pays en développement élaborent de nouvelles stratégies commerciales afin de faire face aux conséquences de la pandémie.

par ITC Nouvelles

Les petits exploitants agricoles prennent des mesures d'urgence pour s'adapter à la crise COVID-19 et développent des stratégies à long terme pour gagner en compétitivité, selon un nouveau rapport du Centre du commerce international.

Les agriculteurs sont les « héros de l'ombre », affirme le rapport, qui démontre que le maintien des activités habituelles ne sera pas suffisant pour la reprise post-COVID.

« Ces agriculteurs produisent des denrées alimentaires qui nous font vivre et contribuent à la sécurité alimentaire », a déclaré Dorothy Tembo, directrice exécutive par intérim de l'ITC. « Cependant, ils font face à des défis liés à une crise des moyens de subsistance, déclenchée par le changement climatique, l'instabilité des prix des produits de base et la pandémie mondiale COVID-19 ».

Le rapport, intitulé Les héros de l'ombre : Comment les petits exploitants agricoles font-ils face au COVID-19, s'appuie sur des entretiens, réalisés dans 11 pays, qui décrivent comment les mesures de confinement et les restrictions de transport entraînent une hausse des coûts, des contraintes logistiques, des ruptures d'approvisionnement, d'intrants et de liquidités, ainsi qu'une chute et une transformation de la demande pour les petits agriculteurs.

Résilience aujourd'hui, croissance demain

Alors que la pandémie se propage, les communautés d'agriculteurs s'efforcent de protéger la santé des producteurs, d'assurer la sécurité alimentaire et de créer des réseaux de solidarité pour assurer la protection sociale, le maintien des flux de trésorerie et d'investissements, et la bonne circulation d'informations.

Pour maintenir leur compétitivité, ils s'emploient à diversifier leurs cultures et leurs marchés, ajouter de la valeur, innover, établir des partenariats, réduire les coûts et numériser leurs entreprises. Ils nouent également des alliances pour la production et le commerce, et établissent des partenariats pour un commerce plus équitable.

Les entretiens menés dans le cadre du rapport mettent en évidence les stratégies qui permettront survie et reprise économique.

Parmi ces stratégies, on retrouve la diversification. Cela consiste à mettre en place des systèmes de production intégrés et respectueux du climat, grâce à des cultures vivrières, des cultures de rente et d'agroforesterie, a déclaré Marike de Peña, co-fondatrice de la coopérative dominicaine de producteurs de bananes Banelino.

Les agriculteurs doivent également explorer de nouveaux marchés et ajouter de la valeur à leurs produits, pour être compétitifs sur les marchés nationaux et régionaux. Le rapport montre que bon nombre d'entre eux s'y emploient déjà.

Prodecoop, une coopérative d'agriculteurs nicaraguayens, possède désormais sa propre marque de torréfaction pour son marché national et régional. L'union coopérative d'Éthiopie, la Bench Maji Coffee Farmers, qui exporte principalement du café écologique, souhaite ajouter de la valeur en torréfiant des grains de café de spécialité. La coopérative du Ghana, la Kuapa Kokoo Cooperative Cocoa Farmers and Marketing Union, explore les possibilités de production de savon et de masques de protection par des femmes, avec pour cible le marché local.

En raison des perturbations d'importations alimentaires, les agriculteurs des petites nations insulaires des Caraïbes et du Pacifique prennent des mesures pour compenser le manque. Karen Mapusua, qui travaille dans le développement agricole pour la Communauté du Pacifique, a révélé que les marchés locaux et régionaux étaient tout aussi importants que les marchés d'exportation.

Alliances au sein de la chaîne de valeur et numérisation

Les producteurs considèrent les partenariats comme un tremplin pour leur croissance future.

Alors qu'il existe de nombreuses solutions technologiques pour stimuler la productivité, peu de petits exploitants agricoles sont en mesure de se les offrir. Les alliances stratégiques permettent quant à elles d'améliorer le financement et les investissements technologiques, ce qui par conséquent aidera les agriculteurs à accroître leur production et leurs revenus.

« Il est très difficile d'engager des coûts supplémentaires », a déclaré Mme de Peña. « De nombreux petits agriculteurs se retireront probablement si aucune valeur ajoutée ne résulte de leur production ».

De nouveaux marchés et de nouveaux canaux sont essentiels. Les places de marché en ligne pourraient stimuler les ventes, atteindre de nouveaux clients, diversifier les produits et créer de nouvelles sources de revenus. Les plateformes numériques contribueront à combler le fossé entre producteurs et consommateurs, répondant ainsi à une tendance croissante.

Des communautés d'agriculteurs se sont déjà lancés, et ont obtenu un soutien gouvernemental, affirme le rapport, qui conclut que les alliances permettront d'atteindre un progrès durable.

A La Une: Commerce

Plus de: ITC

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.