Afrique: VIH/SIDA - Les interruptions de services de santé liées au COVID-19 pourraient causer 500.000 décès de plus

Rebecca et ses cinq enfants devant leur maison à Shamva au Zimbabwé.
11 Mai 2020

Si aucun effort n'est fait pour atténuer et surmonter les interruptions de services de santé pendant la pandémie de Covid-19, une interruption de six mois du traitement antirétroviral pourrait entraîner plus de 500.000 décès supplémentaires dus à des maladies liées au sida, y compris la tuberculose, en Afrique subsaharienne en 2020-2021, ont prévenu lundi l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et l'ONUSIDA.

Les lecteurs peuvent trouver des informations et des conseils sur le nouveau coronavirus (2019-nCoV) fournis par l'Organisation mondiale de la santé et les agences des Nations Unies ici. Pour les nouvelles quotidiennes d'ONU Info, cliquez ici.

En 2018, environ 470.000 personnes sont décédées de maladies liées au sida dans la région, rappellent les deux agences onusiennes, qui ont effectué un exercice de modélisation.

Selon l'OMS et l'ONUSIDA, les communautés et les partenaires doivent prendre des mesures dès maintenant car l'impact d'une interruption de six mois de la thérapie antirétrovirale pourrait effectivement ramener le nombre de décès liés au sida à celui de 2008, lorsque plus de 950.000 décès étaient observés dans la région.

« La terrible perspective de voir un demi-million de personnes de plus mourir en Afrique de maladies liées au sida, c'est comme remonter dans le temps », a déclaré le Dr. Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l'OMS.

« Certains pays prennent déjà des mesures importantes, par exemple en veillant à ce que les gens puissent collecter des paquets de traitement en vrac et d'autres produits essentiels, y compris des kits d'auto-dépistage, dans des points de dépôt, ce qui soulage la pression sur les services de santé et le personnel de santé. Nous devons également veiller à ce que l'approvisionnement mondial en tests et traitements continue à affluer vers les pays qui en ont besoin », a ajouté le Dr Tedros.

Plus de 25 millions vivaient avec le VIH en 2018 en Afrique subsaharienne

En Afrique subsaharienne, environ 25,7 millions de personnes vivaient avec le VIH et 16,4 millions (64%) suivaient un traitement antirétroviral en 2018. Ces personnes risquent désormais de voir leur traitement interrompu car les services anti-VIH sont fermés ou ne sont pas en mesure de fournir un traitement antirétroviral en raison de perturbations de la chaîne d'approvisionnement ou parce que les services sont dépassés en raison de besoins pour soutenir la réponse au Covid-19.

« La pandémie de COVID-19 ne doit pas être une excuse pour détourner les investissements du VIH », a déclaré Winnie Byanyima, Directrice exécutive de l'ONUSIDA. « Il y a un risque que les gains durement de la riposte au sida qui ont été durement gagnés soient sacrifiés au nom de la lutte contre le Covid-19, mais le droit à la santé signifie qu'aucune maladie ne devrait être combattue aux dépens d'une autre ».

Lorsque le traitement est respecté, la charge virale d'une personne chute à un niveau indétectable, ce qui maintient cette personne en bonne santé et empêche la transmission du virus. Lorsqu'une personne n'est pas en mesure de prendre régulièrement un traitement antirétroviral, la charge virale augmente, ce qui affecte sa santé, ce qui peut finalement entraîner la mort. Même des interruptions de traitement sur une courte période peuvent avoir un impact négatif significatif sur la santé d'une personne et son potentiel de transmission du VIH.

Des services interrompus pourraient également annuler les progrès réalisés dans la prévention de la transmission mère-enfant du VIH. Depuis 2010, les nouvelles infections à VIH chez les enfants en Afrique subsaharienne ont diminué de 43%, passant de 250.000 en 2010 à 140.000 en 2018. La limitation de ces services par le Covid-19 pendant six mois pourrait entraîner une augmentation drastique des nouvelles infections à VIH chez les enfants, pouvant atteindre 37% au Mozambique, 78% au Malawi, 78% au Zimbabwe et 104% en Ouganda.

« Chaque décès est une tragédie », a déclaré Mme Byanyima. « Nous ne pouvons pas rester les bras croisés et laisser des centaines de milliers de personnes, dont beaucoup de jeunes, mourir de morts inutiles. J'exhorte les gouvernements à veiller à ce que chaque homme, chaque femme et chaque enfant vivant avec le VIH reçoive régulièrement un traitement antirétroviral ».

Plus de: UN News

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.