Rwanda: Première comparution de cinq soldats accusés de viol et de sévices

(Photo d'archives) - Hier, un officier de police militaire a menotté des suspects au Tribunal militaire de Nyamirambo, Kigali.

Au Rwanda, cinq soldats ont comparu pour la première fois devant la justice militaire ce 11 mai, soupçonnés de viols et de sévices dans un quartier pauvre de la capitale Kigali. Le procureur militaire a requis 30 jours de détention provisoire supplémentaires, le temps de boucler l'enquête. L'armée les avait arrêtés début avril à la suite de plaintes de plusieurs habitants qui avaient témoigné dans la presse locale.

Le procureur militaire a listé six chefs d'accusation sur la base des éléments réunis à ce stade par les enquêteurs : coups et blessures volontaires, vol ou encore violation de domicile. Deux soldats sont soupçonnés d'avoir commis des viols sur au moins trois femmes citées par l'accusation. Les autres sont considérés comme des complices.

Deux agents de sécurité du quartier auraient également participé aux violences. Les faits se seraient déroulés à la fin du mois de mars, lors de patrouilles nocturnes dans une zone d'habitation informelle du quartier de Nyarutarama, à Kigali.

Des aveux extorqués

Debout dans leur uniforme devant un panel de trois juges, les accusés ont clamé leur innocence. Pourtant, certains d'entre eux avaient reconnu les faits lors des interrogatoires selon l'accusation. L'un des principaux suspects a cependant déclaré qu'ils avaient avoué après avoir été battus.

Reste que cette première audience ne portait pas sur le fond de l'affaire mais sur la prolongation de la détention provisoire des cinq soldats. La cour doit rendre sa décision à ce sujet mercredi 13 mai. Quant à la date du procès, qui devrait se tenir en public et dans le quartier où les faits ont eu lieu, elle n'a pas encore été annoncée.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.