Guinée Bissau: Le nouveau président ouvre la voie à une réforme constitutionnelle

Le nouveau président Umaro Sissoco Embalo a annoncé par décret une révision constitutionnelle qui va dans le sens des recommandations faites par la Cédéao. Une commission technique chargée de la révision de la Constitution doit être mise en place dans les plus brefs délais. Un enjeu pour le pays victime de crises politiques à répétition.

C'est le premier chantier concret du président Umaro Sissoco Embalo : la révision de la Constitution. Une Constitution à la base des nombreuses crises que la Guinée-Bissau a connue depuis la dernière révision en 1991 de cette loi fondamentale.

« C'est un débat qui mérite d'être élargi de manière à ce que nous puissions arriver à un consensus. Nous savons que celui qui était au pouvoir ne voulait rien lâcher.

Donc il est nécessaire de nous mettre autour d'une table pour apporter les corrections ponctuelles afin que le pays puisse fonctionner normalement sans soubresauts », estime Carlos Vamain, constitutionnaliste.

Pour le chef de l'État il s'agit d'adapter le texte aux défis du moment et d'adopter un système de gouvernement qui colle mieux aux réalités socioculturelle et qui contribue également à garantir la stabilité au niveau du fonctionnement des institutions.

« Notre Constitution est pleine de lacunes. Une bonne constitution doit être bien structurée. Il faut trouver donc une forme d'articulation », ajoute François Dias, juriste et analyste politique.

Une commission technique sera mise en place pour apporter les corrections nécessaires, dans un délai de trois mois. Un bémol cependant, la Constitution bissau-guinéenne ne prévoit nulle part un référendum pour l'adoption de la nouvelle constitution.

A La Une: Guinée Bissau

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.