Afrique: Coronavirus - Ou va l'argent des partenaires internationaux aux pays africains ?

Coronavirus

Sur le continent africain, de jeunes activistes ont lancé le hashtag #FollowCovid19Money pour veiller à ce que les fonds dédiés à la Covid-19 ne se perdent pas dans des poches occultes.

Il y a huit ans, Hamzat Lawal créait l'ONG Nigeria Connected Development, abréviée CODE, afin de mieux intégrer dans le dialogue politique les communautés délaissées.

C'est dans ce cadre qu'est née par la suite l'initiative Follow the Money, que l'on pourrait traduire par suivez l'argent. Suivez l'argent qui a été promis pour la construction d'une école ou d'un hôpital. Les fonds sont-ils vraiment arrivés dans les bonnes poches ? Les projets ont-ils vu le jour ?

En s'appuyant sur cette initiative, le jeune activiste a lancé, il y a moins d'un mois, le hashtag #FollowCovid19Money, une campagne panafricaine pour ne pas perdre la trace des fonds promis pour lutter contre la pandémie.

Outre le Nigeria, le Cameroun participe également au projet et c'est Nancy Saiboh qui coordonne la campagne dans son pays :

"Nous n'avons pas assez d'informations sur l'attribution de ces fonds. Le gouvernement ne met pas en place des mécanismes de transparence. S'il pouvait faire l'effort de communiquer sur combien il dépense, comment ça se passe. Tous les jours, on entend des dons, des transferts d'argent mais on ne sait pas comment cet argent est utilisé."

Appel à plus de transparence

Gisela Schneider, directrice de l'Institut allemand pour la mission médicale, estime elle aussi qu'il est primordial de discuter de manière transparente sur l'utilisation de ces fonds.

Plus le processus est opaque, plus le risque est grand de voir s'accroitre le mécontentement et la frustration au sein des populations :

"On a besoin rapidement de fonds pour pouvoir acheter en grande quantité des gants, des habits de protection, des masques. Tout cela coûte très cher. Mais si on en reste là, cela ne mènera à rien ou si peu. Cette fois, il faut se dire qu'il ne s'agit pas uniquement de fournir rapidement du matériel en situation d'urgence. Il faut absolument aussi renforcer les systèmes locaux."

Les activistes de Follow your Money pensent, eux, déjà aux étapes suivantes : ils veulent développer des programmes radiophoniques pour débattre sur la transparence et, lorsque la situation sanitaire le permettra de nouveau, organiser des manifestations sur le sujet.

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.