Congo-Kinshasa: Ce que pensent les Kinois du remplacement de Vital Kamerhe

Désiré Cashmir Kolongele Eberande occupe désormais le poste de directeur de cabinet par intérim. Il remplace donc Vital Kamerhe, incarcéré depuis plus d'un mois et poursuivi pour corruption et détournement de fonds.

"Son Excellence monsieur le président de la République charge monsieur le professeur docteur Désiré Cashmir Kolongele Eberande, directeur de cabinet adjoint chargé de questions politiques, administratives et juridiques, d'assumer l'intérim du directeur de cabinet du chef de l'Etat", a annoncé mardi Kasongo Mwema Yamba Yamba, porte-parole de Félix Tshisekedi, à la télévision officielle, la RTNC.

Professeur de droit, Kolongele Eberande est également avocat. Sa nomination fait suite à l'incarcération Vital Kamerhe, le directeur de cabinet.

Le désormais directeur de cabinet intérimaire du président Tshisekedi est cadre de l'UDPS, l'Union pour la Démocratie et le Progrès Social, le parti politique du chef de l'Etat.

Satisfaire sa base

Félix Tshisekedi a dû en effet longtemps gérer le mécontentement des membres de l'UDPS en raison de la présence de Vital Kamerhe à la tête du cabinet du président de la République.

Pour Kabasubabo Katulondi, politologue et écrivain, cette nomination répond à une attente de la base du parti présidentiel.

"Monsieur Eberande Kolongele, professeur de son état, étant un membre de l'UDPS, sa présence à la tête du bureau du président de la République, même à titre intérimaire, envoie des signaux de satisfaction, des signaux de contrôle de cette administration au sommet de l'Etat par l'UDPS. La base de l'UDPS, les cadres de l'UDPS, vont avoir le sentiment que leur pouvoir a des assises sur cette administration", a estimé Katulondi.

Les Kinois divisés

À Kinshasa, les avis sont partagés. Mais nombreux sont les Congolais qui qualifient de normal la nomination d'un directeur de cabinet intérimaire pour combler le vide dans l'administration.

"Les affaires doivent continuer. Je crois que c'est une bonne chose pour que les choses ne souffrent pas de l'absence du directeur de cabinet, a déclaré un Kinois".

Pour un autre : "pour le moment Vital est en prison. Il faut une autre personne pour que les choses marchent. Au sein de l'administration, on ne peut pas avoir de chaises vides".

D'autres encore estiment que tout est fait pour : "salir la réputation de Vital Kamerhe".

Par ailleurs, celui qui est toujours directeur de cabinet principal, Vital Kamerhe, doit rester en détention à la prison de Makala. Sa requête pour obtenir une remise en liberté provisoire a été rejetée une fois de plus.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.