Burkina Faso: Non-respect des mesures barrières - Le ministre Dabilgou met en garde les acteurs du transport

Le ministre des Transports, de la Mobilité urbaine et de la Sécurité routière (MTMUSR), Vincent Timbindi Dabilgou, a fait la ronde de certaines gares de Ouagadougou, le jeudi 14 mai 2020, pour échanger avec les acteurs du transport sur le « strict respect » du protocole d'accord.

Le gouvernement veut s'assurer que le protocole d'entente signé avec la faîtière des transporteurs routiers du Burkina Faso est bien respecté.

Pour ce faire, le Ministre des Transports, de la Mobilité urbaine et de la Sécurité routière (MTMUSR), Vincent Timbindi Dabilgou, a effectué une série de visites dans des gares publiques et privées de Ouagadougou, le jeudi 14 mai 2020 afin de toucher du doigt les réalités du terrain.

Les gares de l'Est, de TSR et STAF du quartier Gounghin ont reçu le ministre Dabilgou. Celui-ci a également profité de cette ronde pour offrir du matériel d'hygiène (masques, solutions hydro-alcooliques, lave-mains) et des vivres à l'Union des chauffeurs routiers du Burkina (UCRB) et le Syndicat national des taximen du Burkina.

Selon le chef du département des Transports, la tournée a permis de constater que les mesures-barrières contenues dans le protocole sont respectées dans les gares. Il a salué la vigilance des premiers responsables des sociétés de transports en commun.

«Vous devez respecter le protocole jusqu'à nouvel ordre et sensibiliser également les passagers. Soyez sans pitié, car sans masque, aucun passager ne doit embarquer. Le masque se porte tout le long du voyage », a conseillé le ministre.

Mais qu'en est-il de la prétendue hausse des prix du ticket ? « Le protocole ne prévoit aucune augmentation des prix des transports urbain et interurbain. Les tarifs doivent rester tels», a répondu le chef du département des transports.

Mais le plus important, selon lui, c'est le respect de la marge de 30% de sièges vides afin de favoriser la distanciation sociale. « Nous avons lu dans les journaux que ce point n'est pas respecté.

Nous voulons être plus clairs : en ce qui concerne les transports passagers, la réduction de 30% sur la capacité de chaque car doit être respectée tout au long du trajet. Quant aux taxis, ils ne peuvent que transporter trois personnes, dont deux sur la banquette arrière, et une à l'avant », a rappelé le ministre.

Un principe que chaque chef de gare a validé en présence des journalistes et de la délégation ministérielle. Pour le président de l'UCRB, Brahima Rabo, c'est dans l'intérêt de tous que le protocole est établi.

Il a rassuré qu'avec ses « camarades » du syndicat, tout sera mis en place pour permettre aux chauffeurs de respecter les consignes.

Même appréciation chez les taximen, notamment du président de la Fédération nationale des syndicats des taximen et des acteurs du transport urbain du Burkina, Adama Emmanuel Nacoulma.

Selon lui, c'est aux acteurs de donner la sensibilisation qu'il faut afin que le gouvernement ne décide par la suite de l'arrêt du trafic. « Le prix du taxi demeure 300F par course. Soyez-en sûr, nous allons donner le bon exemple », a-t-il promis.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.