Burkina Faso: Approvisionnement en eau potable - l'ONEA applique désormais le relevé bimestriel

L'Office national de l'eau et de l'assainissement (ONEA) a, lors d'un point de presse tenu, le jeudi 14 mai 2020, à Ouagadougou, fait l'état partiel de mise en œuvre des mesures sociales adoptées en matière d'eau potable par le gouvernement dans la lutte contre le COVID-19.

Il a également été question du nouveau système de relevé des index des compteurs des abonnés qui est le « relevé bimestriel ».

Parmi la panoplie de mesures sociales prises par le gouvernement burkinabè dans la lutte contre le COVID-19, l'accompagnement des populations en termes d'approvisionnement en eau potable figure en bonne place.

Cette mesure est entrée en vigueur à partir du mois d'avril 2020. Pour permettre aux populations de comprendre ses implications, les responsables de l'Office national de l'eau et de l'assainissement (ONEA) ont tenu un point de presse, le jeudi 14 mai 2020 à Ouagadougou, au cours duquel des précisions ont été données aux journalistes.

A l'occasion, il a été question de son nouveau système de relevé des index des compteurs des abonnés. En effet, ce système, qui est le « relevé bimestriel », consiste à relever l'index du compteur des clients tous les deux mois.

A chaque passage du releveur, le client reçoit deux factures. Il s'agit premièrement, d'une facture sur la base du relevé et deuxièmement, d'une facturation du mois non relevé.

Cette dernière est calculée à partir de la consommation moyenne du client. Ainsi, les deux factures ont des dates d'échéance différentes.

Selon le directeur clientèle de l'ONEA, Moussa Siemdé, cette innovation intervient dans un contexte où l'ONEA fait face à un accroissement rapide du nombre d'abonnés.

« Aussi, ce système permet de repenser rapidement nos habitudes afin de réduire au maximum les risques de propagation de la maladie à coronavirus.

Il s'agit pour nous de préserver la santé de nos clients et de nos collaborateurs en restant efficaces », a-t-il précisé.

Ainsi, la finalité de ce projet dont la phase-pilote a été réalisée à Ziniaré reste l'amélioration de la satisfaction des clients à travers une meilleure prise en charge, a-t-il ajouté. Par ailleurs, la question des mesures sociales d'approvisionnement en eau potable a été évoquée.

Consommation gratuite de 0 à 8 m3

Selon les conférenciers du jour, cet accompagnement concerne particulièrement la prise en charge des factures d'eau de la tranche sociale pour une consommation de 0 à 8 m3 et la gratuité de la consommation au niveau des bornes-fontaines.

A ces deux volets, s'ajoutent la prise en charge des factures d'eau des marchés et yaars fermés pour la période d'avril à juin ainsi que la remise des pénalités. Cependant, le directeur clientèle de l'ONEA a mis en garde contre les consommations abusives du fait de la gratuité.

« Pour les abonnés ayant un branchement à domicile, la mesure est appliquée pour les consommations d'eau des périodes de février, mars et avril 2020. Les factures correspondantes étant à payer respectivement en avril, mai et juin.

Nous constatons une hausse anormale des consommations et nous tenons à insister sur le fait que les gaspillages d'eau se ressentiront sur la facturation des abonnés après la période d'application de la mesure », a-t-il fait remarquer.

Pour ce qui concerne la baisse de pression de l'eau constatée dans certains quartiers, le directeur régional de l'ONEA, Francis D. Kéré, a rassuré que cela n'est pas dû à la mesure de gratuité.

« Il s'agit tout simplement d'une situation liée à des travaux en cours dans ces zones », a-t-il soutenu. Somme toute, les conférenciers ont exhorté la population à gérer rationnellement l'eau tout en évitant le gaspillage.

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.