Tchad: Demande d'arrestation du frère de Déby pour homicide - La coalition d'OSC sera-t-elle entendue ?

The government of President Idriss Deby in Chad blocked citizens’ internet access for 16 months. Here. Deby attends the 6th World Water Forum in 2012.

Le frère cadet du président tchadien, Salaye Déby, risque de voir son sommeil troublé pour une sombre affaire. En effet, il est accusé d'avoir provoqué la mort d'un berger qui faisait paître ses animaux dans les encablures de son jardin.

L'homme qui n'apprécie pas la présence des bergers dans les alentours de son jardin, aurait fait usage de son arme pour faire fuir les bergers.

Malheureusement, en prenant la poudre d'escampette, l'un d'eux serait tombé dans une digue et s'y serait noyé. Suite donc à ce drame, la gendarmerie aurait tenté d'interpeller Salaye mais selon la Convention tchadienne des droits de l'Homme, ce dernier aurait refusé.

Face donc à cette situation, une coalition de 5 organisations de la société civile exige l'arrestation du frère cadet du président Déby. Elle menace même de porter plainte pour homicide si rien n'est fait.

Sera-t-elle entendue ? Rien n'est moins sûr. Sous d'autres cieux, l'homme serait déjà mis aux arrêts mais sous nos tropiques, les frères des princes régnants sont si craints qu'il ne viendrait à l'idée d'aucun juge de les interpeller, même s'ils sont en porte-à-faux avec la loi.

Les mouvements de défense des droits de l'Homme ne doivent pas trop rêver

Autant dire que les chances de voir aboutir cette affaire sont minces. En tout cas, ce serait une première au Tchad que l'on fasse passer un proche de Déby sous les fourches caudines de la Justice.

Comme le dit l'adage, « le chien aboie, la caravane passe ». Les mouvements de défense des droits de l'Homme réclameront certes à cor et à cri justice. Mais cela n'empêchera pas Salaye Déby de boire tranquillement son petit lait.

Le ministre de la Justice assure certes que les conclusions de l'enquête ouverte à cet effet, sont attendues très bientôt mais personne n'est dupe. Combien d'enquêtes sont restées sans suite ?

C'est dire si les mouvements de défense des droits de l'Homme ne doivent pas trop rêver. Cela dit, il faut les encourager à poursuivre la lutte car il est temps que Déby, ce grand prédateur des droits humains, sache que toute chose a une fin.

Plus de: Le Pays

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.