Sénégal: Curage des regards et canaux - Rufisque se prépare à l'hivernage

Les opérations de curage pré-hivernage sont en cours dans le Département de Rufisque, notamment au quartier des Hlm de la commune de Rufisque-ouest et le Boulevard Maurice Guèye. L'objectif est de réduire les chances d'inondation par l'entretien et en comptant sur la collaboration des populations.

Le Département de Rufisque prend les devants. À quelques semaines du début de l'hivernage, la ville a accueilli des équipes de l'Office national pour l'assainissement du Sénégal (Onas) hier. C'était pour des opérations de curage des regards, canaux et stations de pompage. Sous un soleil aux rayons intolérants, les travaux d'assainissement ont débuté à Rufisque-ouest, notamment au quartier des Hlm. Sur place, une dizaine d'agents en gilets fluorescents étaient à l'œuvre. Courbés sur les ouvrages longeant la chaussée, ils donnaient des coups de pelle pour le désensablement, avant de laisser la place aux camions hydrocureurs. Ce travail pré-hivernage est fait sous la supervision du Directeur du Service régional, Diadji Niang. À l'en croire, il s'agit de préparer des ouvrages afin de lutter contre les inondations dans la mesure où, dit-il, Rufisque-ouest est une zone en proie aux inondations.

«Comme chaque année, nous avons démarré l'opération pré-hivernage 2020 depuis le 24 avril. Nos équipes sont actuellement sur différents points. Nous en avons déjà fini avec le canal Baudin. Le canal du marché est également déjà curé», a indiqué Diadji Niang. Le conducteur des travaux espère que les impacts des opérations initiées depuis quelques semaines seront ressentis par les populations. «Les Hlm de Rufisque-ouest est un point bas qui nous cause beaucoup de problèmes pendant la saison des pluies. Raison pour laquelle, nous avons pris les dispositions nécessaires pour résoudre le problème cette année. Dans quelques mois, vous verrez qu'il y a une nette amélioration par rapport aux années précédentes», a promis M. Niang.

Pour le Maire de ladite commune, Alioune Mar, ces opérations préventives sont plus que nécessaires pour ce quartier victime par le passé du chevauchement des travaux de voirie et d'assainissement. Pour lui, c'est un travail intéressant fait pour les populations. À l'en croire, le curage et l'entretien des ouvrages vont permettre de lutter contre les inondations.

Le casse-tête des ordures

Le boulevard Maurice Guèye est aussi concerné par les opérations de curage. En tenue et casquette, les ouvriers se sont divisés en deux groupes. Les uns tournent vigoureusement une manivelle. Un travail à la chaîne qui permet aux autres d'extraire des canaux, les déchets et le sable, entre autres. En quelques minutes, ils en ont sorti un gros tas boueux et noirâtre. Les canaux ou regards bouchés par les ordures sont un casse-tête pour les municipalités et les services en charge de l'assainissement, selon l'un des responsables de l'Onas. «J'avoue que c'est un gros problème. Dans beaucoup de quartiers de la banlieue, les gens utilisent les canaux d'évacuation des eaux pluviales comme dépotoirs d'ordures. Malheureusement, des milliards sont dépensés chaque année pour curer et récurer ces canaux», a constaté Abedine Diakhaté, Chef du département exploitation des villes de Dakar et Rufisque. Pour que les efforts consentis puissent davantage bénéficier aux villes cibles, M. Diakhaté espère pouvoir compter sur la collaboration des populations.

«C'est un problème dans la circonscription de Dakar. Je lance un appel aux populations sur le comportement à avoir vis-à-vis des ouvrages de drainage des eaux. Le travail préventif est fait pour elles. Il faut qu'elles nous aident dans ce cadre en évitant d'agresser les ouvrages ou d'emporter les couvercles», a invité Abedine Diakhaté.

De son côté, le responsable de l'assainissement de la mairie de la ville, Abdoulaye Faye, estime que les populations vont s'approprier ces programmes d'assainissement et les préserver pour le bonheur de tout le Département de Rufisque. «Les réalisations sont nos propriétés. Donc les populations ne manquerons pas de jouer pleinement leur rôle», a-t-il espéré.

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.