Sénégal: Poursuivi pour abus de confiance - El Hadji Ibrahima Dramé écope de 6 mois ferme

Le Tribunal des flagrants délits de Dakar a condamné, avant-hier, El Hadj Ibrahima Dramé à 6 mois ferme. Il était poursuivi par Fatimata Niang pour une somme de 286 millions de FCfa.

Les relations de confiance se sont transformées en rapports de méfiance entre El Hadj Ibrahima Dramé et Fatimata Niang. Après des années de compagnonnage, les deux amis ont soldé leurs comptes, avant-hier, devant le Tribunal des flagrants délits de Dakar. Évoluant dans le secteur du commerce de l'import et de l'export, le sieur Dramé a été poursuivi pour escroquerie par Fatimata Niang. Selon la partie civile (Fatimata), le prévenu l'a escroquée pour une somme de 286 millions de FCfa.

«Je travaille avec cet homme depuis des années. Chaque fois qu'il voyageait, je lui remettais de l'argent pour qu'il m'achète de la marchandise. Dès lors, une confiance est établie entre nous. C'est pourquoi, lorsqu'il m'a proposé un marché d'achat d'huile, j'ai accepté sans crainte. Je suis allée contracter 3 prêts dans une structure financière de la place. Après avoir encaissé l'argent de la commande, il a disparu et ne répond plus à mes appels téléphoniques », a narré la victime.

Elle est revenue en détail sur les procédures de remise de l'argent au prévenu. Elle a affirmé avoir remis à El hadj Ibrahima Dramé 127 millions de FCfa pour l'achat d'huile en Malaisie, 20 millions pour diverses marchandises (vaisselle), 4 millions pour le dédouanement des mannequins (marchandises), 86 millions pour l'achat de containers de carreaux et de bodys et une forte somme pour le dédouanement.

Ces accusations ont été rejetées en bloc par le prévenu. «Cela fait 12 bonnes années que je travaille avec cette dame. Je voyage un peu partout en Europe où j'achète des divers, des carreaux, des bodys, des mannequins, entre autres. Chaque fois que je rentre d'un voyage, elle vient récupérer sa commande », a expliqué le mis en cause.

Revenant sur les accusations sur l'achat de l'huile, il a précisé que c'est un projet qui devrait engager trois parties. «L'huile dont elle parle est un projet. Nous travaillons sur ce dossier avec un ami commerçant du nom Djily Mbacké. Pour ce qui est de l'argent, c'est elle-même qui a pris l'engagement de faire un prêt de 100 millions de FCfa. Je précise qu'elle ne m'a jamais remis cet argent », s'est-il défendu. Après une série de questions et réponses des deux parties, le procureur a requis l'application de la loi.

La partie civile a rejeté la thèse d'association dans les opérations comme l'a soutenu le prévenu. Selon l'un de ses avocats, Me Omar Sène, le sieur Dramé a usé d'astuces pour berner sa cliente. Il a estimé que l'intervention d'un tiers dans les opérations, en vue de donner confiance à Fatimata Niang en est la parfaite illustration. «Il n'a pas pu justifier toute la manne financière qui entoure l'opération en question. Dans ce cas, la jurisprudence est avérée et l'escroquerie à l'espèce est caractérisée », a indiqué l'avocat. Mieux, Me Sène a déclaré que l'opération de 50 containers qui devrait s'opérer sur 2 ans n'est rien d'autre qu'une « chimère ».

L'avocat a réclamé un montant de 350 millions pour le préjudice subi. Pour Me Seyba Danfakha de la défense, le délit d'escroquerie n'a jamais existé dans ce dossier. Selon lui, la partie civile a une visée sur l'immeuble où vit son client. «On veut le spolier. Cette affaire est purement civile, c'est pourquoi, je demande que mon client soit relaxé. Maintenant, si le Tribunal estime qu'il est coupable, je sollicite une application bienveillante de la loi », a déclaré l'avocat.

Son confrère, Me Théophile Kayassi a relevé le caractère privé de cette affaire. A l'en croire, la seule constante dans cette affaire est que les deux parties sont liées par une relation d'affaires. D'où l'intérêt de relaxer le sieur Dramé qui n'a jamais varié dans ses propos. Le Tribunal, après avoir délibéré, a relaxé El hadj Ibrahima Dramé pour l'escroquerie et l'a condamné à 6 mois ferme pour abus de confiance.

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.