Togo: Bodjona, de la prison à la primature ?

Publié le samedi 16 mai 2020, par Gabinho

Une brève apparition à la cérémonie d'investiture de Faure Gnassingbé le 03 Mai dernier et en grande discussion avec le Premier ministre sortant, Koami Sélom Klassou et certains Togolais le voient déjà dans la peau du premier Premier ministre du 4ème mandat, de Faure Gnassingbé le 1er sous la nouvelle ère de la réforme constitutionnelle de 2019 limitant le nombre de mandats consécutifs à 2.

Si ses proches ont vite fait de rappeler à l'esprit de tous que l'ancien homme à tout faire de Faure Gnassingbé n'a répondu qu'à une invitant, guidé par un esprit républicain, ces Togolais avertis de la vie politique de leur pays ne veulent pas croire en un hasard dans cette soudaine apparition de cet animal politique, qui, tombé en disgrâce depuis cette affaire d'escroquerie internationale, a entre-temps disparu des radars. On se rappelle encore des suites de cette affaire, où l'ancien ministre de l'Administration territoriale, de la Décentralisation et des Collectivités locales et Directeur de Cabinet de Faure Gnassingbé, être dépouillé de toutes ses prérogatives, traité comme un citoyen lambda, passé par la case prison durant plusieurs mois, sa télévision fermée, et même sa tentative de candidature aux élections locales de Juin 2019 soldé par un échec. Bref finalement, son pouvoir ne s'est réduit qu'à la portion de terre de sa maison dans les environs du Canton d'Agoè.

Ces Togolais sont renforcés dans leurs idées par le fait que, de leur analyse, sa présence n'urge pas pour autant à cette cérémonie vu d'ailleurs que le nombre d'invités était très réduit, du fait de la crise sanitaire mondiale de Coronavirus et que ce n'est pas un tombé en disgrâce qui serait invité si ce n'est qu'il y a un projet qui est en cours de déploiement.

En tout cas, s'ils sont confirmés dans leurs intentions, ce ne sera qu'un retour à la maison pour celui-là même qui y a joué de grands rôles aux côtés du Prince quand il arrivait aux affaires en 2005 à la suite de son géniteur (mort après 38 ans de règne sans partage) et d'une transition de 2 mois assurée par El Hadj Abass Bonfoh. Seule la suite nous situera.

Plus de: Télégramme228

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.