Bénin: Une journée de vote suspendue aux questions de la participation et de la pandémie

Opération de dépouillement dans un bureau de vote à Abomey Calavi pour les élections communicales du 17 mai 2020.

Le Bénin a voté ce dimanche 17 mai pour élire les conseils municipaux des 77 communes du pays. Tous les bureaux ont fermé et achevé le dépouillement. En dehors de l'enjeu politique que constitue le parrainage des maires pour l'élection présidentielle de 2021, il y avait un enjeu sanitaire en raison de l'épidémie du Covid-19. Enfin, il y a l'enjeu du taux de participation. Plusieurs grands partis de l'opposition étaient absents du vote de ce dimanche.

Les électeurs qui se sont rendus aux urnes avaient chacun une motivation. « Je suis venu voter, nous choisissons ceux qui vont nous diriger à la base, explique un électeur. Je juge que c'est utile. Les élections locales, ça nous touche plus ».

L'abstention record des législatives passées et l'absence dans la course de l'USL et des forces de la résistance, ont remis en bonne place l'enjeu du taux de participation. « Il n'y a pas d'affluence, a constaté dimanche matin une électrice dans son bureau de vote. Mon vote m'a pris à peine dix minutes. Peut-être le soir, il y aura plus de monde ».

La société civile a fait le même constat dans la matinée. Cette tendance d'électeurs arrivés au compte-gouttes se serait améliorée hors de Cotonou, murmure-t-on côté pouvoir. La commission électorale n'a pas publié de chiffres sur la mobilisation ou non des électeurs, les organisations de la société civile non plus, qui disent poursuivre la collecte d'informations

Plusieurs électeurs, ont voté le visage recouvert de masque, malheureusement ces mesures anti-Covid-19 n'ont pas été respectées partout. « Là où je suis rentré, beaucoup ne se sont pas lavés les mains, à l'intérieur, la distance de 1 mètre n'a pas été gardée », regrette un électeur.

La Céna va s'atteler maintenant à la compilation des chiffres et publier les résultats au plus tard le 24 mai. Les organisations de la société civile lui demandent d'assurer l'intégrité des procès-verbaux de dépouillement.

Sur la plateforme nous avons craint et nous continuons de craindre qu'il y ait un pic de personnes infectées par le virus à la suite de ce scrutin qui favorise le brassage du monde, avec une population que nous n'avions pas fini de sensibiliser...

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.