Burkina Faso: Propos sur les mosquées - Les regrets du ministre Dandjinou

Les ministres Rémis Fulgance Dandjinou et Séni Mahamadou Ouédraogo ont été reçus, le 15 mai dernier, par les responsables de la Fédération des associations islamiques du Burkina (FAIB) au siège de ladite structure à Ouagadougou.

En ces lieux, le porte-parole du gouvernement a expliqué que les propos qui lui ont été attribués suite au point de presse du gouvernement le 13 mai courant ont été sortis de leur contexte avant de regretter l'utilisation qui en a été faite et l'incompréhension qui s'en est suivie.

Il dit avoir reçu une écoute et une oreille attentive de la part des dirigeants de la faîtière qui l'ont compris, et il leur a demandé de transmettre ses regrets à l'ensemble de la communauté musulmane.

«Nous avons regretté l'usage qui a été fait de ces propos et avons demandé à la communauté de transmettre ces regrets à l'ensemble des acteurs afin qu'ils comprennent qu'en aucun moment Rémis Fulgance Dandjinou, ministre de la Communication, n'a voulu stigmatiser une communauté et qu'il est important que nous travaillions ensemble à ce que les mesures barrières puissent nous permettre de vivre sereinement dans notre pays tout en ayant nos activités, en pratiquant nos religions et en ayant la certitude que nous pouvons lutter ensemble contre la maladie à coronavirus ».

C'est ce qu'a déclaré le ministre de la Communication, des Relations avec le Parlement et porte-parole du gouvernement, Rémis Fulgance Dandjinou, à l'issue de l'entretien que lui et son collègue de la Fonction publique, Séni Mahamadou Ouédraogo, ont eu avec les dirigeants de la Fédération des associations islamiques du Burkina (FAIB).

Il y avait auparavant expliqué aux membres de la faîtière que les propos qui lui ont été attribués ont été sortis de leur contexte d'où l'incompréhension et la polémique qu'ils ont suscitées.

Et d'ajouter que le gouvernement dont il en est le porte-parole veille à ce que le pays évolue dans un environnement paisible, dans l'acceptation de la coexistence des religions et le respect des valeurs prônées par chacune d'elles.

Les responsables de la FAIB, eux, ont à travers un communiqué salué la démarche du ministre et fait des recommandations afin que de telles incompréhensions ne se reproduisent plus.

Plus de: L'Observateur Paalga

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.