Burkina Faso: Restauration du barrage de Dawelgué - Le coup de pelle de Bala Sakandé

Le Président de l'Assemblée nationale (PAN), Alassane Bala Sakandé, est allé encourager les populations du village de Dawelgué, dans la commune de Saponé, le samedi 16 mai 2020, dans leur projet de restauration de leur barrage.

A la faveur d'un reportage diffusé sur les antennes de la télévision BF1 le 23 avril 2020, le Président de l'assemblée nationale (PAN), Alassane Bala Sakandé, a pris connaissance de l'engagement des populations de Dawelgué dans la commune de Saponé, de restaurer leur barrage.

Touché par leur initiative, il s'est rendu sur le site du chantier dans la matinée du samedi 16 mai 2020 pour donner un coup de main aux « braves dames et hommes » de la localité.

Sur place, munis de matériel de fortune, ils essaient tant bien que mal de reconstruire la digue de l'ouvrage, construit dans les années 50 sur initiative de Naaba Gogo de Saponé, qui a aussi été un député de l'Afrique occidentale française (AOF).

La digue a cédé depuis plus de trois décennies, privant du coup les populations d'une retenue d'eau qui leur permettait de faire du jardinage.

Grâce aux efforts de sensibilisation de l'Association des personnes illettrées (API) de Saponé, les populations ont pris la décision de restaurer la retenue d'eau en attendant une aide quelconque.

Assétou Nanzinga, habitante de la localité, pense que c'est un devoir pour les femmes de soutenir les hommes dans cette tâche. « Nous apportons de l'eau pour aider à construire la digue.

Si nous arrivons à retenir l'eau, nous pouvons maintenir nos enfants qui nous abandonnent pour la ville, faute d'emploi », a-t-elle soutenu. Depuis le début de l'année, à force de travail, une bonne partie de la digue a été reconstruite, suscitant l'admiration du visiteur du jour.

Pour M. Sakandé, les populations de Dawelgué donnent l'exemple qu'on ne doit pas tout attendre de l'Etat. « Nous devons encourager ce genre d'initiative qui montre qu'il est possible de construire un barrage à mains nues.

C'est dire qu'il est aussi possible de construire à mains nues des dispensaires, des écoles et des maternités pour peu qu'on ait des moyens d'accompagnement », a-t-il déclaré. Au regard de ce qui est déjà fait, a indiqué le PAN, il y a quelques éléments qui permettent de faire une petite retenue d'eau en attendant.

Inscription au budget 2021

« De ce fait, nous avons pris des engagements au nom de l'Assemblée nationale, pour apporter du ciment, un peu de terre rouge, quelques brouettes et pelles. Nous allons voir aussi avec quelques bonnes volontés pour trouver un bulldozer qui va décaper l'endroit afin de retenir l'eau », a promis M. Sakandé.

Et de lancer un appel à tous les députés de la majorité et de l'opposition pour l'inscription de la restauration du barrage de Dawelgué dans le budget de 2021. Selon les informations en sa possession, le président de l'Assemblée nationale a avancé que la réalisation du barrage ne doit pas coûter plus de 2 milliards F CFA.

« J'ai pris langue avec le chef de l'Etat avant de venir ici. (... ) Donc cela est possible, il suffit d'une volonté. Je souhaite qu'en 2021 ou 2022, nous puissions revenir pour inaugurer ce barrage », a-t-il laissé entendre.

Il a encouragé les populations à maintenir le même élan de solidarité pour promouvoir le développement de leur localité. « Ici, il n'est pas question de politique, de religion, de sexe, c'est l'unité retrouvée, la solidarité pour construire leur village.

Lorsqu'il s'agit de développement de notre nation, il faut taire nos divergences et s'entendre sur ce qui est essentiel », a souligné le PAN.

Le Naaba Siguiri de Saponé s'est dit honoré par la visite de M. Sakandé sur le chantier qui, selon lui, encourage les populations mobilisées à poursuivre leur initiative. « Le développement d'un pays passe par le courage et la détermination de tous les citoyens », a-t-il dit.

A La Une: Burkina Faso

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.