Gabon: Coronavirus / Ramadan - La communion n'est pas au rendez-vous

La pandémie du Coronavirus pousse les dirigeants à prendre certaines mesures pour freiner la propagation de la maladie. Des mesures prises par le gouvernement, il y a notamment, la fermeture des lieux de culte. En cette période de ramadan, ladite mesure ne permet pas aux musulmans de vivre le mois saint en toute communion.

Cette année, le ramadan qui a débuté le 23 Avril prendra fin ce 23 Mai. Étant un moment spécial dans la vie de ceux qui professent la religion de Mahomet, le ramadan obéit à certaines pratiques qui ne pourront être vécues dans l'harmonie communautaire, comme il est de coutume. On pense notamment à deux coutumes qui sont essentielles pendant le ramadan : la salat al-Witr et aïd el-filtr.

Salat al-witr :

La Salat al-witr est une prière Islamique qui se fait la nuit ( 01h00 à 04h00 du matin ). Cette prière se fait debout. Pendant le temps de prière, le musulman implore le pardon de Dieu. Il faut noter que cette prière est mise en pratique par le musulman les dix (10) dernières nuits de ramadan. Dans l'esprit de partage qui anime le ramadan, ladite prière se fait le plus souvent à la mosquée. Mais, elle peut toutefois se faire hors du lieu de culte. Avec les mesures barrières qui dérèglent les habitudes des uns et des autres, cette prière ne peut se faire à la mosquée.

La Prière dénommée la Salat al-witr est cette année mise en pratique depuis la nuit du 13 Mars. Elle prendra fin la nuit du 23 Mai.

Aïd el-filtr :

C'est la fête du ramadan qui marque la rupture du jeûne du mois de ramadan. Elle a lieu au lendemain du dernier jour du ramadan. La date du moment de prière et de réjouissances pour cette année est donc estimée au 24 Mai. Coronavirus oblige, la fête ne pourra se faire en communauté.

L'imam Mamadou de la mosquée des Dragages est peu optimiste quant à la célébration de la fin ramadan en communauté : « Rien n'est encore officielle, mais je crois que le gouvernement va maintenir les mesures barrières. Il ne peut se permettre de nous laisser déroger à la règle parce que nous voulons festoyer en communauté. Nous sommes astreints au respect des mesures édictées par les plus hautes autorités. Je demande par conséquent à mes frères de s'organiser comme ils peuvent pour couper le mois de jeûne et faire la fête en esprit... »

Les exemples de la Salat al-witr ( prière de la nuit ) et Aïd el-filtr ( rupture du mois de jeûne ) qui ne se feront pas en communauté comme c'est souvent le cas, gâchent la fête. Cette année, avec la maladie à Coronavirus 2019 (Covid-19) les musulmans passent un mois de ramadan dont les souvenirs ne seront pas très heureux.

Plus de: Gabonews

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.