Gabon: COVID-19 - Le "Moutouki"serait il vecteur du Coronavirus ?

La peur envahie toutes les consciences ou presque. La propagation du Coronavirus engendre la psychose et la méfiance se fait une place de choix. La réticence chez les acheteurs de 《moutouki》à Libreville prend de l'ampleur du jour le jour. Une idée taraude les esprits des uns et des autres :" ces habits qui viennent de l'Europe et de la Chine sont contaminés" pensent-ils. Les vendeurs de friperie sont désespérément à la recherche de leur clientèle et tentent des les convaincre qu'il n'en est rien.

Alors que la pandémie du coronavirus ne fait que prendre de l'ampleur actuellement au Gabon, des vidéos circulent sur les réseaux sociaux montrant des Noirs africains vivant en Chine et aux États-Unis faisant des témoignages sur "le traitement" qui leur serait infligé par les citoyens de ces pays. Au vu de la crise sanitaire du coronavirus, le continent africain serait celui le moins touché. Selon leur témoignage, "des vêtements de seconde main importés de Chine, des USA et d'Europe seraient contaminés" depuis ces pays cités plus haut.

Pourtant, au Gabon, ces vêtements de seconde main, communément appelé "moutouki"sont très prisés par les populations à cause de "leur prix très accessible et de qualité". Les Gabonais vivent désormais dans la peur et le refus de s'acheter ces vêtements.

Intox ou avérée, cette histoire sera difficile de prouver le contraire face à ce virus invisible. En attendant celle-ci vient tuer, une fois de trop, le bon fonctionnement de l'économie en cette période difficile de crise sanitaire.

Plus de: Gabonews

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.