Cote d'Ivoire: COVID-19 dans l'espace francophone - L'Apf tire les leçons et fait ses propositions

L'Assemblée parlementaire de la francophonie (Apf) a tenu hier une réunion de crise sur la Covid-19. Par visioconférence, les membres de cette organisation parlementaire se sont prononcés sur l'évolution de la crise.

Ils ont fait des propositions pour les pays membres de la Francophonie et pour le monde entier en général.

Les cinq points à l'ordre du jour ont été adoptés, à savoir l'adoption formelle du plan de crise soumis à consultation le 9 avril dernier ; l'échange de vues sur l'évolution de la pandémie dans l'espace francophone ; la réunion des commissions et réseaux de l'Apf sur la pandémie ; les propositions du secrétaire général parlementaire relatives aux conséquences de la pandémie et enfin le point d'information sur la réunion des prochaines instances de l'organe.

En tant que premier responsable de la structure, Amadou Soumahoro, président de l'Assemblée nationale de Côte d'Ivoire, a rappelé le lourd tribut que les continents ont payé depuis le début de la pandémie.

Notamment 170 pays touchés avec plus de 300000 décès et le confinement de près de 3,9 milliards d'habitants du monde.

En dépit de la forte mobilisation financière de près de 8000 milliards de dollars pour soutenir l'économie mondiale, « l'activité mondiale devrait diminuer de 4% en 2020, au lieu de sa hausse de 3% prévue en début d'année ».

C'est fort de ce constat que le président de l'Apf, Amadou Soumahoro, a convoqué son bureau afin de plancher sur cette situation et faire des propositions en s'appuyant sur les dix actions mises en place par le plan de crise de l'organe.

Après avoir fait le tour des points à l'ordre du jour, il a été décidé, entre autres, que la prochaine session de l'Apf, c'est-à-dire la 46e, se tiendrait début février au Maroc.

Mais avant, une autre rencontre par visioconférence aura lieu le 6 juillet pour refaire le tour de la question de la pandémie et aborder d'autres questions plus cruciales.

Des membres tels que Moustapha Niasse, président de l'Assemblée nationale du Sénégal, vice-président de l'Apf et le secrétaire général de l'organe Jacques Krabal, député français, ont salué les actions menées par les pays membres de la Francophonie et surtout les pays africains qui font tout leur possible pour ne pas subir le même bilan que l'Europe et l'Amérique.

Le secrétaire général de l'Apf a profité de la séance pour appeler l'Assemblée parlementaire de la francophonie à soutenir l'appel international à l'annulation de la dette lancé par les nombreux chefs d'État et même soutenu par la Secrétaire générale de la Francophonie.

Il souhaite aussi, concernant la livraison du vaccin contre le coronavirus annoncée par le Pdg du Groupe Sanofi, que l'Apf produise un communiqué pour dénoncer « parce que c'est inacceptable ».

Dans la même veine, Moustapha Niasse a souhaité que le vaccin ne fasse pas l'objet d'une appropriation nationale ni commerciale.

« Nous devons mener le combat sur la base du principe de la solidarité des nations qui caractérise la communauté internationale.

Que ce vaccin, lorsqu'il sera trouvé, soit le patrimoine de la communauté internationale comme cela l'a toujours été pour les autres pandémies », précise le député sénégalais.

Sur les autres points, l'ensemble des parlementaires connectés ont demandé que la continuité du suivi de la crise soit toujours assurée.

Aussi, ont-ils souhaité que la crise actuelle ne soit pas l'occasion de faire des exclusions sur le plan politique. Mais plutôt que l'Apf s'implique dans les activités de l'exécutif en faisant le relais en tant qu'élus du peuple.

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.