Burkina Faso: Avenue de l'Insurrection populaire - Les travaux de bitumage seront livrés en décembre 2020

Le ministre des Infrastructures, Eric Bougouma, s'est dit satisfait du niveau d'avancement des travaux de bitumage de l'avenue de l'Insurrection populaire à Bobo.

Le ministre des Infrastructures, Eric Bougouma, a visité le 16 mai 2020, les travaux de bitumage de l'avenue de l'Insurrection populaire, sise au secteur 17 (Sarfalao) dans l'arrondissement 5 de Bobo-Dioulasso.

Lancés en février 2020, les travaux sont à un taux de réalisation de 22% et sont prévus pour finir en décembre de cette année.

L'avenue de l'Insurrection populaire est située au secteur 17(Sarfalao) dans l'arrondissement 5 de Bobo-Dioulasso.

Elle part du rond-point de la Jeunesse (ex- rond-point du Cinquantenaire) pour rejoindre le village SOS Dafra et a une distance de 1,6 kilomètre. Les travaux de bitumage de cette voie fortement dégradée, ont été lancés le 6 février 2020.

Selon le directeur de SEGNA BTP, (entreprise en charge de travaux), Achille Ouédraogo, les travaux sont à un niveau d'exécution de 22% et sont même en avance par rapport au délai contractuel.

Les travaux de terrassement sont achevés et ceux de la fondation sont en cours. Les dalots ont été déjà préfabriqués pour les caniveaux. Achille Ouédraogo a rassuré que la saison des pluies qui s'installe ne perturbera pas le déroulement des travaux et ils pourront être livrés en décembre 2020.

A l'entendre, l'avenue sera dans 8 mois une belle voie en béton bitumineux composée de deux chaussées de 7 m chacune, un terre-plein central de 3 mètres revêtu en pavés, des caniveaux de sections variables de part et d'autre.

Elle sera en plus dotée d'éclairage public et de deux feux tricolores. Le coût des travaux est estimé à environ 1,8 milliard, financé par l'Etat burkinabè et la Banque Ouest africaine de développement (BOAD).

Prolonger l'avenue jusqu'à la RN 1

Les travaux de bitumage de l'avenue de l'Insurrection populaire sont à un taux d'exécution de 22% selon l'entreprise.

Le ministre des Infrastructures, Eric Bougouma, qui a visité le chantier le 16 mai 2020, s'est dit pour le moment satisfait du déroulement des travaux.

Les travaux de terrassement et de fondation ont été réalisés sur presque toute la longueur de 1,6 kilomètre. Seuls 100 mètres actuellement occupés par des populations restent à aménager.

Et selon le maire de la commune de Bobo-Dioulasso, Bourahima Sanou, ces habitants qui sont sur l'emprise de la voie sont disposés à libérer les lieux pour que les travaux puissent se poursuivre.

La commune, foi du bourgmestre, a promis de les accompagner pour leur éventuelle réinstallation.

Le ministre Bougouma a loué la bonne collaboration entre les populations riveraines et l'entreprise et a souhaité qu'elle puisse livrer un ouvrage de qualité et dans le délai pour le bonheur des habitants de Bobo-Dioulasso en général et ceux de Sarfalao en particulier. D'autres chantiers, a-t-il annoncé, sont prévus dans la ville de Sya.

Le ministre des Infrastructures a rappelé que la réalisation de cette infrastructure entre dans le cadre de la mise en œuvre du PNDES, et vise à améliorer la sécurité routière, le cadre de vie des populations riveraines et le confort des usagers.

Elle fait partie d'un vaste programme de bitumage et d'entretien routier, programme qui consiste à la réalisation et au bitumage de plusieurs kilomètres de routes au Burkina.

Les habitants riverains de l'avenue, à l'instar de Mohamed Dao, ont salué le bitumage de la voie qui viendra soulager la population du secteur 17, favoriser le développement d'activités socioéconomiques et rendre la circulation fluide dans cette partie de la ville. Il a souhaité l'aménagement d'autres voies.

Le maire de l'arrondissement 5, Christophe Sanou a, quant à lui, souhaité le prolongement de cette route jusqu'à la nationale N°1, (route Bobo-Ouagadougou) afin de diversifier les entrées dans la ville de Bobo-Dioulasso.

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.