Sénégal: Délivrance d'une autorisation de circuler pour la Korité - La proposition «irréaliste» d'Aly Ngouille Ndiaye

Le voyageur désireux de passer la Korité en famille devra avoir une autorisation délivrée par le ministère de l'Intérieur et de la Sécurité Publique. Reste maintenant à s'interroger sur l'opportunité de cette décision dès l'instant que le transport d'un département à un autre est interdit et les gares routières fermées.

Aussi, tous les Sénégalais ne disposent pas de véhicules personnels. Aussi l'autorité devrait-elle s'assurer que ceux habiletés à voyager ne sont pas porteur de Covid-19, cause de toutes les restrictions.

«Nous invitons au maximum les gens à rester parce que la fête de Korité est, certes importante, mais l'enjeu veut que les gens restent.

Maintenant, s'ils ne veulent pas rester, ils peuvent demander une autorisation et très certainement, ils vont bénéficier d'assouplissement pour voyager», avait déclaré Aly Ngouille Ndiaye, vendredi 15 mai dernier, à la cérémonie de réception de 500 mille masques attribués aux lieux de culte.

Cependant, force est de constater que le simple fait de disposer d'une autorisation ne permet pas à celui qui souhaite voyager de pouvoir le faire, étant donné que beaucoup de Sénégalais n'ont pas de voitures personnelles.

Aussi, si l'on se fie au ministre, tout requérant peut bénéficier d'assouplissement dans l'obtention du sésame qui permet le voyage. Si c'est le cas, à quoi bon interdire le transport de masse ?

Les quelques Sénégalais qui disposent de moyen de se déplacer sans emprunter les transports en commun, ne constituent-ils pas une menace de propagation de la Covid-19 ?

Autant de questions qui remettent en cause l'opportunité d'une telle offre. Reste maintenant à savoir si l'ouverture des gares routières se fera avant la Korité, comme le souhaitent les acteurs et syndicats des transports en commun (privé).

De toute façon, lors de cette cérémonie de réception de masques, le ministre de l'Intérieur et de la Sécurité Publique, Aly Ngouille Ndiaye, avait annoncé la reprise imminente des activités dans les gares routières.

«Du côté des transports, les gens peuvent s'organiser tout en respectant les chargements autorisés par le ministère (des Transports). Certaines gares routières peuvent déjà envisager de reprendre leurs activités», avait-il dit.

Pour rappel, l'interdiction de la circulation interurbaine a été l'une des premières mesures prises par les autorités pour stopper la propagation de Covid-19.

En conférence de presse, le 24 mars, Aly Ngouille Ndiaye avait dit qu'il est interdit toute circulation entre les régions, sauf pour ceux qui ont dérogations officielles.

Parmi ceux-ci, figurent, les Présidents des institutions, les ministres, les secrétaires d'Etat, les députés, les gouverneurs, les préfets, les sous-préfets, les magistrats, les greffiers, le Forces de défense et de sécurité et les personnels de santé. Des autorisations étaient données pour le voyage, en cas d'urgence.

Du fait de magouilles dans l'octroi de ces autorisations, il avait fini par corser les critères de leur délivrance.

Par ailleurs, suite à la décision du chef de l'Etat, d'alléger les restrictions de l'état d'urgence, la seule nouveauté qui a été apportée, c'est la circulation dans un département avant 20 heures.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.