Afrique: Riposte au COVID-19 - La Banque mondiale appuie 100 pays

Cent pays en développement dont le Sénégal, la Mauritanie, la Gambie et le Cap Vert sont concernés par les opérations d'urgence de la Banque mondiale en réponse à la pandémie du Covid-19. Elle estime que cette crise sans précédent pourrait faire basculer jusqu'à 60 millions de personnes dans l'extrême pauvreté.

Le Groupe de la Banque mondiale a indiqué aujourd'hui que ses opérations d'urgence en réponse à la pandémie de Covid-19 (coronavirus) concernaient dorénavant 100 pays en développement, qui représentent 70 % de la population mondiale. « Depuis mars, il est parvenu à mobiliser en un temps record un volume d'aide exceptionnel pour permettre aux pays de protéger les populations pauvres et vulnérables, renforcer leurs systèmes de santé, préserver l'activité du secteur privé et stimuler le redressement économique.

Cette assistance, d'une ampleur et d'une rapidité inédites dans l'histoire du Groupe de la Banque mondiale, s'inscrit dans l'engagement pris par l'institution de débloquer 160 milliards de dollars de dons et d'aide financière sur une période de 15 mois pour accompagner la riposte des pays en développement face aux conséquences sanitaires, économiques et sociales de la crise du coronavirus et de la mise à l'arrêt des économies avancées », lit-on dans le communiqué de presse publié ce 19 mai.

« Cette pandémie et la mise à l'arrêt des économies avancées pourraient faire basculer jusqu'à 60 millions de personnes dans l'extrême pauvreté, gommant la plupart des progrès récents de la lutte contre la pauvreté, souligne David Malpass, président du Groupe de la Banque mondiale. Le Groupe de la Banque mondiale s'est mobilisé rapidement et résolument pour organiser des opérations de riposte d'urgence dans 100 pays, assorties de mécanismes permettant aux autres donateurs d'étendre sans délai les programmes. Pour renouer avec la croissance, nous devons apporter des réponses rapides et modulables qui permettront de faire face à l'urgence sanitaire, mais aussi de fournir un appui financier et d'autres ressources extensibles dans le but de protéger les plus démunis, préserver l'activité du secteur privé et renforcer le redressement et la résilience économique. »

Selon le communiqué, trente-neuf des 100 pays concernés sont situés en Afrique subsaharienne et pratiquement un tiers des projets sont déployés en faveur de pays en situation de fragilité et de conflit, comme l'Afghanistan, Haïti, le Niger ou le Tchad.

Le moratoire sur le service de la dette bilatérale, approuvé par les gouverneurs du Groupe de la Banque mondiale, viendra compléter les dons, les prêts et les participations déployés en soutien aux pays.

« La suspension du remboursement du service de la dette bilatérale va permettre de libérer des moyens vitaux pour financer la riposte d'urgence face à la pandémie. De leur côté, les pays doivent au plus vite renforcer la transparence autour de leurs engagements financiers. », précise David Malpass.

La réponse opérationnelle du Groupe de la Banque mondiale va venir consolider les systèmes de santé, protéger les ménages les plus pauvres et installer les conditions propices à la préservation des moyens de subsistance et de l'emploi des populations les plus durement touchées.

«Des décaissements sont déjà en cours en faveur du Sénégal (20 millions de dollars) et du Ghana (a) (35 millions), pour financer notamment le renforcement des dispositifs de veille épidémiologique, les laboratoires publics et les capacités de dépistage précoce. Un don de 20 millions de dollars de l'Ida en faveur de Haïti a été approuvé pour améliorer les capacités de tests, atténuer la propagation du virus grâce au suivi des cas confirmés et fournir au personnel soignant des équipements de laboratoire et de protection », précise la Banque mondiale.

Plus de: Lejecos.com

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.