Congo-Kinshasa: APLC - Stanis Miteko prend à contre-pied Delly Sesanga et Henri Thomas Lokondo !

Sans ambages, il confirme que l'Ordonnance n°20/013/BIS du 16 mars 2020 portant création, organisation et fonctionnement d'un service spécialisé dénommé : "Agence de Prévention et de lutte contre la corruption est conforme à la Constitution.

Cette position tranchante de Stanis Miteko Kapenga, Expert en Finances Publiques et Fiscalité, contraste, cependant, avec les avis de Delly Sessanga et Henri Thomas Lokondo Yoka dont les dernières sorties médiatiques remettaient, pourtant, en cause cette Ordonnance présidentielle. L'un et l'autre, derrière les manteaux d'Honorables Députés, s'y sont prononcés avec véhémence. Là où Delly Sessanga appelait à l'annulation, Lokondo a, quant à lui, proposé carrément un nouveau projet de loi devant porter sur l'existence d'une telle Agence. Dans cette édition, Miteko se déchaîne là-dessus et dissèque à la loupe, dans une analyse critique, tous les méandres de cette Ordonnance Présidentielle qui, à son avis, n'aurait besoin d'aucune polémique.

Il propose, par contre,que l'auteur de la proposition de loi portant création, organisation et fonctionnement de l'Agence de Prévention et de Lutte contre la Corruption, en collaboration avec les bureaux de deux chambres du Parlement retire ladite proposition de loi ; que le Chef de l'Etat invite l'auteur de ladite proposition de loi pour lui parler du bien-fondé de cette démarche ; qu'un projet de loi ou une proposition de loi portant création des juridictions spécialisées en matière de lutte contre la corruption et les faits assimilés soit pris, conformément à l'article 149 de la constitution de 2006 à son avant-dernier alinéa. Puis, il suggère, par ailleurs, que l'avant-dernier alinéa précité dispose : la loi peut créer des juridictions spécialisées. Et puisque l'Agence de Prévention et de Lutte contre la Corruption, l'APLC en sigle créée sur ordonnance présidentielle aura à transmettre directement les dossiers de justice aux juridictions spécialisées et compétentes en matière de lutte contre la corruption et les faits assimilés, il va de soi qu'avant le vote et la promulgation de la loi portant création des juridictions spécialisées en matière de lutte contre la corruption et les faits assimilés, elle aura à collaborer avec ces juridictions-là.

Au passage, Stanis Miteko, parlant de lutte la pandémie à la COVID-19, en tant que leader de La jeunesse scientifique montante rend un vibrant hommage au Docteur Jérôme MUNYANGI pour ses valeurs scientifiques qui inspirent confiance et respect de tous en RDC et à travers le monde. Il félicite également le Professeur Docteur Désiré-Cashmir KOLONGELE EBERAND pour sa désignation en tant que Directeur de Cabinet ad intérim du Chef de l'Etat, car, il y a des années que la jeunesse scientifique montante le prend pour repère et soutient, enfin, Jean-Marc KABUND A KABUND, dans sa résistance contre la pétition dont Jean-Jacques Mamba, un élu MLC, serait engagé pour lézarder la Coalition CACH-FCC qu'il appelle, du reste, à faire bloc l'échec cuisant d'une telle démarche pour moins politiquement pernicieuse et inopportune.

Il le dit si bien en des termes apparentés et profite dans son analyse, pour manifester son soutien tous azimuts à la vision de Félix Tshisekedi, même si, aujourd'hui, elle est clairsemée de plusieurs embûches dont le détournement et le goût du gain facile constituent, depuis l'arrestation de Kamerhe, deviennent le gît de tous les kulunas en cravate. Donc, l'avènement de cette Agence de prévention et de lutte contre la corruption tombe à pic et y veillera.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.