Afrique de l'Ouest: BRVM - Le coronavirus continue de hanter les économies nationales

La bourse régionale des valeurs mobilières a fait le point de la situation de la semaine du 11 au 15 mai 2020, en ce qui concerne l'impact de la pandémie à coronavirus sur les différentes économies nationales. Ci-dessous son rapport.

AU PLAN INTERNATIONAL

Alors que de nombreux Etats étaient prêts à enclencher le déconfinement de leur population, ce mouvement d'assouplissement des mesures de distanciation physique pourrait prendre plus de temps que prévu.

Aux Etats-Unis, le gouverneur de l'Etat de New-York, qui revendique plus de 20 000 morts dus au COVID-19, a ainsi prolongé le confinement jusqu'au 13 juin prochain. Cette décision laisse présager d'un impact économique et social toujours plus sévère sur la première économie du monde.

Le dernier rapport sur l'évolution des ventes au détail confirme cette situation. En effet, les données indiquent une chute de 16,4 % au cours du mois d'avril, soit la plus mauvaise performance depuis 50 ans.

Face à cette situation, le Président de la Réserve Fédérale, Jerome Powell, a appelé à un nouveau plan de soutien budgétaire afin de limiter les dégâts économiques et favoriser une reprise forte de l'économie.

Rappelons que le Congrès américain a déjà fourni 2 900 milliards de dollars, soit 14 % du Produit Intérieur Brut (PIB) du pays, à travers des aides accordées aux ménages et aux entreprises notamment.

Ailleurs dans le monde, l'Allemagne a confirmé son entrée en récession avec une contraction de 2,2 % de son économie au cours du 1er trimestre de l'année 2020.

Si cette évolution reste meilleure que celle de l'ensemble de la zone Euro (-3,8 %), les économistes s'attendent néanmoins à une accélération de la tendance au second trimestre, où un repli de 10 % du PIB est attendu.

De son côté, l'Arabie-Saoudite subi de plein fouet l'effondrement des cours du pétrole. Le Royaume a annoncé un plan d'austérité dont les principales mesures seront le triplement de la Taxe sur la Valeur Ajoutée (TVA) ainsi que l'arrêt des allocations mensuelles versées à ses citoyens.

Au niveau des marchés financiers, le regain de pessimisme induit par les chiffres économiques, s'est reflété au niveau de la performance des indices boursiers.

Le bilan hebdomadaire est ainsi négatif sur toutes les places boursières, à l'exception de l'Argentine dont l'indice de référence enregistre un bond de 9 %.

AU PLAN REGIONAL

Le retour progressif à la normale suit son cours en zone UEMOA. Ainsi en Côte d'Ivoire, à la suite d'un Conseil National de Sécurité tenu le 14 mai, plusieurs mesures restrictives ont été assouplies.

Le couvre-feu, imposé depuis la fin mars, a été levé tandis que la limite aux rassemblements a été portée à 200 personnes au lieu de 50 auparavant.

En parallèle, les Etats continuent de préparer leurs plans de ripostes via des levées de fonds sur le marché des titres publics.

La Côte d'Ivoire a effectué sa troisième émission de « Bons sociaux COVID-19 », pour un montant de 175 milliards de FCFA. Elle a été suivie du Niger qui a levé 110 milliards de FCFA pour sa première émission, et du Togo pour 108 milliards de FCFA.

Sur le marché financier régional, les valeurs cotées ont globalement connu une contre-performance, illustrée par le repli de 0,46 % du BRVM Composite, indice synthétique de l'ensemble du marché.

Toutefois, l'indice BRVM 10, constitué des dix (10) valeurs les plus actives de la cote, a réalisé un gain appréciable de 0,38 % sur la période :

Le titre SOGB, toujours plombé par la faiblesse des cours du caoutchouc et de l'huile de palme, a reculé de 5,29 % sur la semaine.

Il est suivi du titre NSIA Banque CI, qui a perdu 9 %, sans qu'aucun évènement particulier ne semble justifier cette évolution baissière.

Par ailleurs, les investisseurs continuent de sanctionner la valeur UNIWAX CI (-9,31 %), en lien avec la dégradation de sa performance financière sur le 1er trimestre de l'année, qui a vu son chiffre d'affaires et son résultat d'exploitation dégringoler respectivement de 16 % et de 70 %.

Bolloré Transport & Logistics CI effectue une nouvelle incursion dans ce flop 5, avec une chute hebdomadaire de 19,17 %.

Après avoir atteint son plus haut niveau de l'année à la fin du mois de février, le cours du titre s'est effondré de 28,6 %. Les investisseurs semblent anticiper un impact important de la pandémie sur les activités de la société.

La plus forte baisse de la semaine a été réalisée par le titre BOA Bénin, qui enregistre un net repli de 21,79 % de son cours.

Cette lourde chute semble être due à des prises de bénéfices opérées par les investisseurs suite à la hausse de près de 17 % engrangée au cours du mois d'avril.

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.