Sénégal: Gris Bordeaux président de l'association des lutteurs - «Pourquoi Matar Ba ne va pas prolonger le mandat d' Alioune Sarr »

A la lutte depuis 1994, Alioune Sarr dont le mandat s'expire en octobre prochain, ne va pas rempiler à la tête du Comité national de gestion de la lutte. Invité à côté de Balla Gaye 2 lundi 18 juin sur le plateau QG de TFM, Gris Bordeaux président de l'association des lutteurs a étalé des griefs de son association et affirme que le ministre des Sport «ne va pas prolonger» son mandat

Invité avec l'ancien Roi des arènes, Balla Gaye 2 dans l'émission quartier général sur la Tfm, Gris Bordeaux a annoncé que le président Alioune Sarr ne sera pas reconduit. Le président de l'association des lutteurs en activités estime que le président du CNG devrait partir à la fin de ce dernier mandat qui prendra fin en octobre prochain.

Le troisième tigre de Fass affirme qu'il est là depuis 1994 et qu'il est temps qu'il quitte parce que la lutte a besoin de changement. «Alioune Sarr doit partir. Nous estimons que la lutte marche en reculons.

Quand je fais une investigation sur nombre de lutteurs qui sont là et à l'étranger. Je vois qu'il y a plus ce rêve de devenir de grands lutteurs. Quand vous êtes à la tête d'une structure, c'est d'avoir une ouverture avec toutes ses composantes», a-t-il martelé.

En toute complicité avec l'autre ténor de la lutte, Balla Gaye 2, il a ainsi étalé les problèmes dont les lutteurs seraient présentement victimes dans l'arène.

«Aujourd'hui nous déplorons cette manque de considération du CNG envers les acteurs principaux de la lutte. Il n'y a pas de respect envers les lutteurs. Sans compter le flou qui entoure l'argent récolté sur les assurances.

Pendant des années, il est à la tête du CNG et je pense que le ministre des sports va prendre des dispositions parce que son mandat prend fin en octobre. Matar Ba est en train de discuter et de consulter avec des experts parce que cette situation ne peut pas continuer.

On fait confiance au ministre et je sais qu'il ne va pas le laisser continuer», souligne-t-il, s'opposant dans la même veine à l'âge de la retraire des lutteurs, fixée à 45 ans.

«ON SE BAT POUR UN CHANGEMENT, UNE ALTERNANCE»

Gris Bordeaux, qui dirige l'association, a exigé une alternance et un changement d'hommes dans la structure. «On a plus rien à se dire avec le CNG désormais on parle directement avec le ministre.

Encore une fois je n'ai aucun problème avec Alioune Sarr c'est quelqu'un de bien mais il a beaucoup duré à la tête de cette structure. Si on se bat c'est pour un changement, une alternance. Il est temps qu'il laisse la place à d'autres personnes».

Gris Bordeaux a aussi estimé que les lutteurs doivent avoir une bonne place dans le futur bureau. Même s'il estime par ailleurs que le prochain patron de la structure ne devrait pas forcement être un lutteur. «Le remplaçant de Alioune Sarr à la tête du CNG ne doit forcément pas sortir chez les lutteurs.

Les lutteurs doivent faire parti de la structure comme ce qui se fait partout et dans les disciplines comme le karaté, l'athlétisme etc. Prenez l'exemple d'Amadou Dia Ba dans l'athlétisme. Ces lutteurs qui ont claqué la porte du CNG et ont été mis à l'écart au niveau du CNG», se défend-il.

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.