Algérie: Quotidien de musiciens en temps de confinement

Alger — Exploiter son temps libre, continuer à s'exercer et entretenir un lien avec sa profession et son public font partie de l'essentiel du quotidien des musiciens professionnels en ces temps de confinement qui a vu les lumière s'éteindre sur les scènes musicales du monde entier.

Enregistrer des cover à partager sur les réseaux sociaux, composer des habillages sonores ou donner des cours sur Internet reste une alternative toute trouvée pour garder le contact avec ses amis et son public, à condition de maîtriser les outils technologiques disponibles.

Bassiste professionnel, Redouane Nehar a déjà publié une centaine de cover, dont la moitié joués en groupe, afin de pouvoir "maintenir un rythme constant et s'exercer sans s'ennuyer". Ce musicien qui fait partie des meilleurs bassistes algériens a mis en place un programme de travail sérieux dans lequel il implique d'autres amis musiciens.

Pour sa part le guitariste professionnel Aboubakr Maatallah considère que "le passage de la scène au virtuel était naturel et souple pour ces musicien qui maîtrise les technologies et sont déjà actifs sur les réseaux sociaux depuis quelques années". Les musiciens de cette génération "Y" est "équipée et sait au minimum faire une prise de son", a-t-il confié.

Cette forme de "télétravail pour musicien" implique également des ingénieurs du son, des arrangeurs et des musiciens étrangers grâce aux outils technologiques existant, même si ces derniers pâtissent d'un débit de connexion internet trop bas pour ce genre de travaux.

Très actif sur les réseaux sociaux, le musicien de session Mehdi Djama a confié que cette transition a été "très fluide" vu qu'il dispose de tout l'équipement nécessaire à domicile et qu'il joue d'une multitude d'instruments.

Partager son temps et son savoir-faire

Pour beaucoup de musiciens, enregistrer des covers et travailler en groupe sur un morceau aide à casser la routine de l'exercice, le stress du confinement et à garder un minimum de contact avec les musiciens et le public.

Passant ses journées à s'exercer au saxophone, à faire du sport et à se documenter, Mehdi Djama a trouvé le temps de travailler avec des chanteurs et des musiciens peu connus, dont des chanteurs châabi, qu'il souhaite faire découvrir au public très prochainement, a-t-il confié.

Quelques chefs d'orchestres et formateurs continuent eux-aussi à dispenser leurs cours à distance et à partager sur le net les interprétations des élèves.

A La Une: Algérie

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.