Cameroun: Rupture du jeûne du mois de Ramadan à Bazou - Une manne à la communauté musulmane

Le lundi 18 mai dernier, à la tribune place des fêtes de la ville de Bazou, dans la région de l'Ouest du Cameroun, les députés du département du Ndé, ont remis des denrées alimentaires aux fidèles musulmans, à quelques jours de la fin du jeûne du mois de Ramadan.

C'est la fête avant la fête. La tribune place des fêtes de la ville de Bazou est parée de ses plus belles décorations, ce lundi 18 mai 2020. Deux bonbonnes-robinet sont placées aux deux extrémités de la place des fêtes. Le lavage des mains y est systématique. Deux hôtesses arborant chacune une blouse blanche, veillent au grain. Présidant la cérémonie, le Sous-préfet de l'arrondissement de Bazou, Mfopou Aliyou, accueilli par la 2ème adjointe au maire des céans, prêche par l'exemple. A l'eau coulante et au savon, il fait le geste qui sauve.

C'est le 25ème jour du jeûne du mois de Ramadan. Le compte à rebours commence. Les députés du département du Ndé remettent des denrées alimentaires aux fidèles musulmans, à la veille de la rupture du jeûne. Il y a de la nourriture pour tous. La moisson est constituée de riz, de sel, d'huile raffinée, de sucre et de la farine. Ces denrées alimentaires sont accompagnées des allumettes et des kits de protection contre le Coronavirus (savons, solutions hydro alcooliques et des seaux robinet).

Le festival de la parole

A tout seigneur tout honneur, le Sous-préfet de l'arrondissement de Bazou clôture le bal des discours. L'autorité administrative se réjouit de ce que, la réaction des députés n'ait pas attendue longtemps après les élections couplées municipale et législative du 9 février dernier. « En saison sèche comme en temps de pluie, votre champ est vert », a-t-il renchérit. Pour lui, le « vrai politique » doit garder la proximité avec sa base militante même après une campagne électorale.« Nous sommes en haut», déclare l'Imam de la mosquée de Bazou, Sani Atta pendant son discours. Aux députés du Ndé, Tchagna Jacqueline Rêve et Jean Claude Feutheu, il formule le vœu qu' « Allah vous accompagne dans votre digne et délicate mission et vous comble de bénédiction, ainsi qu'à toutes vos différentes familles, dont nous en faisons partie ». Il ajoute que « ce sont des signes qui ne trompent pas et annoncent l'abondance de la moisson ». Et de conclure « Nous tirons de belles instructions de cette action à savoir : l'amour, le partage, le vivre-ensemble, l'assistance et la solidarité ».

Elle célèbre son baptême de feu de l'action législative sur le terrain. « C'est notre manière d'emboiter le pas au président de la République, Paul Biya dans tout ce qu'il fait pour le bien-être des camerounais. Après l'arrondissement de Bazou, les arrondissements de Tonga, de Bassamba et de Bangangté suivront », déclare l'Hon. Jacqueline Tchagna, pendant son discours de circonstance. L'élue remercie son collègue député du Ndé, Jean Claude Feutheu « pour le travail de coaching qu'il assure avec maestria ». Hon Feutheu, représenté par son suppléant, Calvin Noukoua, déclare que « le travail ne fait que commencer ».

Avant de souhaiter joyeuse fête aux fidèles musulmans, l'Hon. Jacqueline Tchagna, tenant dans ses mains, sa suppléante et le suppléant de son collègue, remet 200 casques et 200 chasubles aux transporteurs à moto des groupements Maha, Bazou, Bagnou, Balengou et Bakong. Cette phase est dirigée par les rois des Bazou, des Bagnou et des Maha.

« Tout est bien qui finit bien », lance-t-elle à la fin de la cérémonie. Scandée « mère du peuple ou marmite nourricière», elle est escortée par les motocyclistes récipiendaires du jour, jusqu'à sa résidence.

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.