Cote d'Ivoire: Vives altercations à la MACA, la prison d'Abidjan

Des coups de feu ont été tirés dans l'enceinte de la maison d'arrêt, au terme de vives tensions entre deux groupes d'agents pénitentiaires. La toute-puissance et l'autorité abusive du surveillant Kassoum Koné, dit « La Machine », serait à l'origine des troubles.

S'agit-il d'une mutinerie au sein de la MACA, d'une guerre des gangs ? En créant un attroupement hier matin dans la cour de la prison d'Abidjan, des détenus et une partie du personnel pénitentiaire ont vraisemblablement voulu remettre en cause l'autorité abusive d'un surveillant véreux, connu sous le nom de « La Machine », à la tête d'un vaste système de racket.

Ce soulèvement est le signe d'un ras-le-bol général contre ses pratiques, qui « violent l'éthique et la déontologie des agents de prisons », avance Claude Dassé, journaliste ivoirien et auteur d'une enquête sur les malversations de Kassoum Koné, dit « La Machine ». Un homme violent, accusé de voler l'argent des prisonniers et des visiteurs.

La tension est montée après que certains agents se sont mis à déterrer les fétiches que « La Machine » avait dissimulé dans l'enceinte de la MACA, une pratique mystique pour imposer son autorité sur la plus grande prison du pays . Une action de défiance qui a suscité la colère du chef de la prison autoproclamé, « La Machine » étant décrit comme très croyant et adepte de la magie.

« Avec ses hommes de main, ils se sont mis en tête de créer la pagaille et de libérer des prisonniers, pour se venger », explique un témoin. La gendarmerie a dû intervenir et tirer plusieurs coups de feu en direction des fuyards. Trois détenus auraient été blessés, l'un à l'épaule et deux au niveau des jambes. Ce même témoin affirme que « La Machine » a été immobilisé et menotté dans la cour de la prison, puis emmené par la gendarmerie.

Le ministre de la Justice, Sansan Kambile, s'est discrètement rendu sur place hier, pour « ramener le calme », assure son cabinet. Le ministère de la Justice a annoncé dans un communiqué qu'une enquête a été ouverte « afin de situer les responsabilités dans la survenue de ces événements malheureux » et affirme que « le calme est revenu au sein de l'établissement pénitentiaire ».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.