Ethiopie: Grandes manœuvres autour du barrage de la Renaissance

Le début du remplissage, en juillet prochain, d'un méga-barrage hydroélectrique sur le Nil, annoncé la semaine dernière par l'Ethiopie, continue à provoquer des réactions dans les pays voisins. Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a demandé mardi à l'Ethiopie, au Soudan et à l'Egypte de « persévérer » dans leurs efforts pour trouver un accord, alors que les pourparlers de Washington sont suspendus depuis février.

C'est la petite phrase préférée des diplomates éthiopiens, ces derniers temps : « les problèmes africains doivent avoir des solutions africaines ».

S'agissant du barrage de la Renaissance, ce principe serait d'ailleurs soutenu par les ambassadeurs africains réunis mardi par le gouvernement éthiopien, si l'on en croit un communiqué de son ministère des Affaires étrangères.

Et l'affirmation de ce principe éclaire sous un nouveau jour la défiance envers les États-Unis, exprimée par l'Éthiopie dans une récente lettre d'explication envoyée au Conseil de sécurité de l'ONU. Dans cette lettre, signée en avril par le chef de la diplomatie Gedu Andargachew, Washington est accusé d'avoir mis l'Éthiopie « sous pression » en février dernier, en la forçant à « signer un accord avant que tous les problèmes en suspens soient résolus ». « L'Éthiopie manœuvre, en jouant sur l'urgence, pour forcer l'Égypte à se passer du soutien de Washington », explique un journaliste éthiopien qui suit l'affaire de près.

Du coup, c'est le Soudan qui s'active désormais pour ramener tout le monde à une table de négociation. Le Premier ministre Abdallah Hamdok a consulté ce mardi son homologue égyptien Moustapha Madbouli. Après avoir écrit à l'Éthiopien Abiy Ahmed, il a déclaré qu'il lui téléphonerait dans les jours qui viennent, pour le convaincre de revenir à des « discussions tripartites ». L'Éthiopie a déjà fait savoir qu'elle était d'accord avec cette formule si elle est appliquée « de bonne foi ». Et en tout cas, sans la tutelle des Américains.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.